Vivre et mourir dans l’ancien Israël anthropologie de PDF

Herodias with the Head vivre et mourir dans l’ancien Israël anthropologie de PDF St. John the Baptist – Paul Delaroche – Wallraf-Richartz Museum – Cologne – Germany 2017.


Toutes les grandes religions ont pour fonction – entre autres – de permettre à l’homme de préparer la mort. Pourtant, la Bible déconcerte, en particulier l’Ancien Testament. Yahweh, le grand dieu d’Israël, apparaît totalement indifférent à la sphère de la mort, laquelle repose sur des croyances qui lui sont étrangères. Ainsi, pendant des siècles, culte officiel et rituels funéraires se côtoient sans se pénétrer. L’objet de cet ouvrage est de retrouver l’ancienne conception israélite de la mort et comprendre comment elle dut se plier aux exigences du monothéisme.

Hérodiade ou Hérodias est une princesse juive, née dans les deux premières décennies avant notre ère. Selon les évangiles selon Marc et Matthieu, c’est elle qui demande et obtient par l’intermédiaire de sa fille, qui n’est pas nommée, l’exécution par décapitation de Jean le Baptiste. Déconsidéré auprès de Caligula par une machination d’Agrippa, Hérode Antipas est déchu, banni et exilé dans le sud des Gaules. Le premier mari d’Hérodiade s’appelait-il Philippe ? Elle avait aussi une sœur Mariamme IV. Les intrigues de palais et notamment les propos d’Antipater, un autre fils qu’Hérode a eu avec Doris, ont convaincu le roi de Judée que les deux fils qu’il avait eus avec Mariamne l’Hasmonéenne complotaient contre lui. Hérode comme devant co-hériter de son royaume.

Hérodiade subit une immense déception peu après son mariage avec Hérode II. Hérode Agrippa, un Hasmonéen, est en effet un possible obstacle aux ambitions royales d’Antipas et Hérodiade. Hérode craignait qu’une telle faculté de persuader ne suscitât une révolte, la foule semblant prête à suivre en tout, les conseils de cet homme. Il aima donc mieux s’emparer de lui avant que quelque trouble se fût produit à son sujet, que d’avoir à se repentir plus tard, si un mouvement avait lieu, de s’être exposé à des périls.

La fille d’Hérodiade demanda pour sa mère la tête de Jean Baptiste présentée sur un plateau. Dans les évangiles, le nom de la fille d’Hérodiade qui se livre à la danse n’est pas précisé. Rien dans cette anecdote des évangiles attribués à Marc et à Matthieu n’est historiquement impossible, mais elle est isolée, présente les traits d’une légende populaire et est inconnue de l’historien Flavius Josèphe. Pour Claudine Gautier,  le récit évangélique emprunte à deux sortes de sources. Ruines de la cité fortifiée de Gamala, enjeu de la guerre entre Arétas IV et Hérode Antipas.

This entry was posted in Livres pour enfants. Bookmark the permalink.