Un siècle d’espionnage PDF

Un renseignement est une information estimée pour sa valeur et sa pertinence. Pour les spécialistes, l’espionnage définit néanmoins un siècle d’espionnage PDF actions de renseignement : celles de l’ennemi.


Mata Hari était-elle vraiment une espionne diabolique ? Pour qui travaillait réellement Mathilde Carré alias « la chatte » ? Qui a assassiné l’amiral Darlan, le dauphin du maréchal Pétain ? Y avait-il réellement une  taupe soviétique dans l’entourage du général de Gaulle ? Quelle a été l’implication des services secrets français dans l’affaire Ben Barka ? Le Vatican a-t-il abrité des espions ? Qui a voulu contrecarrer les ambitions présidentielles de Georges Pompidou ? Comment Vladimir Vetrov, plus connu sous son nom de code, « Farewell », a-t-il pu précipiter la chute de l’URSS et qui l’a donné ? Georges Pâques n’a-t-il agi et trahi son pays que par idéalisme et pacifisme ?…

Avec plus de 300 illustrations, des documents inédits et des fac-similés exceptionnels parmi lesquels des correspondances de Winston Churchill et de Charles de Gaulle, un fragment du bordereau de l’affaire Dreyfus, une grille de code utilisée par Jean Moulin, une note du Service de Sécurité britannique (M.I.5) rapportant les faits et gestes de Mata Hari, les conclusions du rapport d’enquête sur Mathilde Carré…

Par métonymie, le renseignement désigne l’ensemble des organismes qui se consacrent à ces activités. Bonaparte, lui donna d’utiles conseils et des renseignements précieux. Balzac, Une ténébreuse affaire, 1841, Pl. En se rapprochant d’une définition donnée par le Sénat des États-Unis en 1976, on peut avancer que  le renseignement est le résultat de la collecte, de l’évaluation, de l’analyse, de l’intégration et de l’interprétation de toutes les informations utiles à la décision ou à la planification, que ce soit dans le domaine stratégique ou dans les activités opérationnelles . Cette définition n’est probablement pas exhaustive et mérite des rectifications. Un organisme de renseignement, public ou privé, fonctionne sur le mode des questions et des réponses.

L’utilisateur du service de renseignement, appelé aussi le client, pose des questions. Les réponses fournies par le service génèrent de nouvelles questions, c’est pourquoi on parle de cycle. Selon la nature des organismes et selon les pays, le cycle du renseignement est découpé différemment. Par extension, ces catégories désignent aussi toutes les activités liées à la collecte et l’analyse de ce type de renseignement technique. Article détaillé : Renseignement de sources ouvertes.

En dépit de la croyance populaire selon laquelle le renseignement ne traiterait que d’informations secrètes ou dissimulées, ce n’est pas toujours le cas puisque beaucoup d’informations essentielles au processus de renseignement peuvent être trouvées dans l’espace public. Dans le renseignement en sources ouvertes, la collecte des informations est généralement différente de celle d’autres disciplines de renseignement, où l’obtention de l’information brute à analyser peut être une difficulté majeure, particulièrement si on doit l’obtenir de cibles non coopératives. Dans le renseignement en sources ouvertes, la difficulté principale est d’identifier les sources pertinentes et fiables dans la quantité considérable d’informations accessible publiquement. En réalité, les sources ouvertes permettent d’établir un fonds documentaire suivi et orienté, utile par exemple pour commencer à évaluer un événement inopiné.

This entry was posted in Romans et littérature. Bookmark the permalink.