Truffaut & Godard : La querelle des images PDF

Logo de la biennale de Venise. Palais du Cinema à la 66ème Festival de Venise. Parvenue en 2012 truffaut & Godard : La querelle des images PDF sa soixante-neuvième édition, la manifestation s’inscrit dans le cadre de l’organisation plus vaste de la Biennale de Venise, festival culturel d’art contemporain dont elle constitue la section cinéma.


Leurs deux noms résonnent comme ceux des figures tutélaires du cinéma français d’auteur. Ces pères fondateurs de la Nouvelle Vague, critiques de la « qualité française », ressemblent-ils à leur image : l’un, créateur de formes cinématographiques, bénéficiant d’une aura extraordinaire auprès des milieux intellectuels, non commercial, et l’autre, aimé, populaire, sachant raconter des histoires et mettre en scène sans avoir révolutionné le cinéma ? C’est à une brillante analyse que nous invite cet ouvrage à travers toute la cinématographie des deux célèbres réalisateurs. Jouant adroitement de la chronologie de leurs films respectifs, Arnaud Guigue met en évidence leur différence dès le départ. Qu’ont de commun ces films noirs détournés, Tirez sur le pianiste et A bout de souffle ; ou ces films de science-fiction Fahrenheit 451 et Alphaville ? L’analyse des scénarios, de la direction d’acteurs, de thèmes spécifiques tel celui de l’éducation, et surtout des images approfondit cette confrontation de deux pratiques et de deux visions du monde tout en ajoutant au plaisir de la lecture du cinéphile et de l’amateur. A contre-courant des images toutes faites, un essai revigorant qui est aussi une traversée et une relecture non conformiste de l’histoire du cinéma français.

La principale récompense attribuée est le Lion d’or, qui tient son nom de l’attribut du saint patron de la ville : le lion de saint Marc, l’Évangéliste. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. La première édition se déroule sur la terrasse de l’hôtel Excelsior du Lido de Venise. Il ne s’agit pas encore d’une compétition. Les titres sont simplement présentés au public. Les vedettes de ce premier festival sont les acteurs, apparaissant sur grand écran au travers des films projetés, qui garantissent à la Mostra un succès encore plus grand que celui attendu et attirent dans les salles plus de 25 000 spectateurs.

Le premier film de l’histoire de la Mostra est projeté le soir du 6 août 1932 : il s’agit de Docteur Jekyll et M. La Faute de Madelon Claudet de Edgar Selwyn. La deuxième édition se déroule deux ans plus tard, du 1er au 20 août 1934. Outre la Coupe Mussolini, sont attribuées les  Grandes Médailles d’or de l’Association nationale fasciste du spectacle  et les prix pour les meilleures interprétations. Dès la troisième édition de 1935, la Mostra devient annuelle, conséquence du grand succès public et critique recueilli lors des deux premières éditions, sous la direction d’Ottavio Croze. Avec l’accroissement de la notoriété et du prestige du festival, croît également le nombre d’œuvres et de pays participant au concours. 1936 est l’année d’une autre  première fois , celle du Jury international.

Ce nouveau lieu permet l’expansion du festival : le nombre de pays participants et de films acceptés augmente encore. Cette fois, les lumières de la rampe sont toutes pointées sur Marlene Dietrich, qui sème le trouble sur le Lido. En 1938, la Mostra subit les pesantes pressions politiques du gouvernement fasciste. Cette édition est aussi la dernière dans laquelle le cinéma américain, jusqu’alors toujours présent de manière importante, tant quantitativement que qualitativement, est présent sur le Lido. Les années 1940 représentent l’un des moments les plus difficiles de la Mostra. La fin de la Seconde Guerre mondiale divise la décennie en deux. Après cette triste parenthèse, la Mostra reprend à plein régime en 1946 avec le retour de la paix, mais les projections se déroulent cette fois au cinéma San Marco, à cause de la réquisition du Palais du cinéma par les alliés.

En 1947, la Mostra se tient au palais des Doges, dans un cadre unique et splendide, atteignant un record de 90 000 personnes. En 1949, sous la direction du nouveau responsable Antonio Petrucci, la manifestation retourne définitivement au Palais du cinéma sur le Lido de Venise. Dans les années 1950, l’importance de la Mostra est finalement reconnue au niveau international. Ce sont des années importantes pour le monde du cinéma qui semble désormais avoir définitivement laissé derrière lui le fantôme de la guerre.

This entry was posted in Livres pour enfants. Bookmark the permalink.