Traite Experimental de L’Electricite Et Du Magnetisme, Et de Leurs Rapports Avec Les Phenomenes Naturels PDF

L’histoire des sciences est l’étude de l’évolution de la connaissance scientifique. La science, en tant que corpus de connaissances mais également comme manière d’aborder et de comprendre le monde, s’est constituée traite Experimental de L’Electricite Et Du Magnetisme, Et de Leurs Rapports Avec Les Phenomenes Naturels PDF façon progressive depuis quelques millénaires. L’histoire des sciences n’est pas la chronique d’une série de découvertes scientifiques.


This book was originally published prior to 1923, and represents a reproduction of an important historical work, maintaining the same format as the original work. While some publishers have opted to apply OCR (optical character recognition) technology to the process, we believe this leads to sub-optimal results (frequent typographical errors, strange characters and confusing formatting) and does not adequately preserve the historical character of the original artifact. We believe this work is culturally important in its original archival form. While we strive to adequately clean and digitally enhance the original work, there are occasionally instances where imperfections such as blurred or missing pages, poor pictures or errant marks may have been introduced due to either the quality of the original work or the scanning process itself. Despite these occasional imperfections, we have brought it back into print as part of our ongoing global book preservation commitment, providing customers with access to the best possible historical reprints. We appreciate your understanding of these occasional imperfections, and sincerely hope you enjoy seeing the book in a format as close as possible to that intended by the original publisher.

C’est l’histoire de l’évolution d’une pensée, mais aussi d’institutions qui, dans leurs contextes historiques, offrent à cette pensée les moyens de se déployer, et de traditions qui viennent l’enrichir. L’histoire des sciences n’est pas l’histoire des techniques. Les unes et les autres sont bien sûr liées, mais ne peuvent être identifiées les unes avec les autres. Lorsque l’Homme maîtrise le feu, taille des silex ou invente l’agriculture, il ne fait pas œuvre de science. Elle a un rôle épistémologique et philosophique. Certaines disciplines ont besoin d’histoire : les astronomes ont appris grâce aux observations datées des Chinois ou des Grecs de l’antiquité. Les géologues, les écologistes, les anthropologues, les épidémiologistes, etc.

L’histoire des sciences permet de redonner un positionnement précis de l’influence de personnalités ayant agi sur le contexte de la découverte ou de l’avancée des idées. Par exemple, Michel Morange rappelle que l’influence d’Erwin Schrödinger avec son livre What is life ? A contrario, elle permet de mieux comprendre l’origine et le déroulement de recherches ayant révélé des erreurs manifestes, les pistes explorées infécondes, des pertes de contact direct avec le réel. Elle permet de lever la confusion entre rationalité et scientificité. Les équipes de recherche scientifique regroupent maintenant autour des chercheurs inter disciplinaires, des historiens et des philosophes des sciences avec une vision globale, progressive, communautaire, constructiviste de la Science. Historiquement, la technique précède la science. Le développement de l’agriculture et de l’élevage ne sont pas non plus sans rapport avec l’émergence de certaines protosciences, le calcul et l’astronomie en particulier.

L’homme pense à son environnement depuis la nuit des temps, comme en témoignent les fresques préhistoriques. Article détaillé : Sciences mésopotamienne et babylonienne. C’est le sumérien qui devient pour la première fois une langue écrite, vers 3300 avant notre ère. Cette écriture fut utilisée au début pour le commerce.

Des pictogrammes représentaient des objets et petit à petit, le besoin s’est fait sentir d’étendre le système. C’est sur des tablettes d’argile babyloniennes qu’on trouve la trace des premières mathématiques. Les quatre opérations de base se faisaient à l’aide de tables et la résolution de problèmes pratiques à l’aide de mots détaillant toutes les étapes. Pour le commerce, il était nécessaire de nommer les animaux et les plantes. Mais ils ne se limitèrent pas à une simple énumération, ils les classifièrent et cela dépassait le domaine simplement marchand.

Les Mésopotamiens connaissaient plusieurs maladies et avaient des remèdes pour chacune d’entre elles. Des textes et manuels médicaux avaient même été écrits, mais il semblerait que l’expérience du médecin était la plus importante. Une carte du monde fut même retrouvée, plaçant Babylone au centre et les distances représentées par la durée du voyage et non par les distances réelles. Article détaillé : Sciences dans l’Égypte antique. L’Égypte ancienne, tout comme la Mésopotamie, est issue de la lointaine civilisation du Néolithique. Son existence et son maintien s’étendent sur plus de 3 000 ans. La civilisation égyptienne est liée à un lieu géographique unique : la vallée du Nil.

Le risque d’une alternance entre années de bonnes et de mauvaises crues nécessita le stockage et la redistribution des récoltes dès 3000 avant notre ère. En mathématiques, le nombre pi est utilisé, depuis le Moyen Empire et probablement bien avant sous l’Ancien Empire. Après les conquêtes d’Alexandre le Grand, la ville d’Alexandrie deviendra le centre intellectuel de l’antiquité méditerranéenne. De surcroît, ce n’est qu’avec les Grecs qu’apparaîtront les démonstrations. Cette différence d’approche entre les Grecs et les Égyptiens est manifeste dans l’histoire de l’astronomie. La science alexandrine, sommet de l’astronomie antique, est essentiellement fille de la science grecque au niveau des modèles, mais elle utilise des éléments égyptiens, par exemple pour le calcul du temps et des dates dans les tables astronomiques. Outre la cartographie du ciel, les anciens égyptiens maîtrisent la description précise du mouvement du Soleil et le calcul exact des éphémérides.

This entry was posted in Informatique et Internet. Bookmark the permalink.