Titres et travaux d’Yves Coppens. PDF

On peut être l’auteur d’une découverte, d’un acte, ou d’une œuvre. Différentes formes féminines du mot existent, dont  autrice , la forme classique pour sa construction et son ancienneté, qui titres et travaux d’Yves Coppens. PDF à reculer devant le néologisme  auteure , forme récente mais contestée utilisée en Belgique, au Canada et en France.


Dans le domaine de la création littéraire et artistique, un auteur est une personne qui a fait une création originale manifestant sa personnalité, qu’il s’agisse de lettres, de sciences humaines ou d’art. En littérature, l’auteur est un écrivain. En musique, l’auteur d’une chanson est le parolier. Le terme d’ auteur  recoupe également une conception particulière du réalisateur et de sa production, héritée de la politique des auteurs propre à la Nouvelle Vague. En bande dessinée, auteur de bande dessinée. Si le scénario et les dessins sont réalisés par deux personnes différentes, l’un est scénariste, l’autre, dessinateur. Dans le domaine des techniques, l’auteur expose des processus techniques, produit des guides techniques.

Un auteur de jeux de société est celui qui invente les règles d’un nouveau jeu. En droit de la propriété intellectuelle, le droit d’auteur est le droit exclusif reconnu à cette personne sur sa part de création. Sur le Web, avec l’apparition de nouveaux genres éditoriaux tels que les blogs, et la multiplication des formes de collaboration telles que les réseaux sociaux, les plates-formes collaboratives, la notion d’auteur s’élargit : chaque usager est un producteur potentiel de contenu. France à la suite d’une longue querelle entre praticiens et grammairiens.

L’artiste Typhaine Duch revendique l’usage de ce titre, notamment pour sa pièce de théâtre Contes à rebours. Au Canada francophone, le mot  auteure  est préconisé dès la fin des années 1970, lors de la féminisation des noms de métiers en français. En 2005 la linguiste canadienne Louise-L. Larivière constate l’apparition de recommandations divergentes au sein des différentes communautés francophones européennes et canadiennes, et l’adoption de la féminisation au sein du Petit Robert à partir de 2000. En Belgique, le décret de 1993, étudié par le Conseil supérieur de la langue française impose la féminisation des noms dans les actes administratifs et offres et demandes d’emplois. Le mot n’a pas de forme féminine commune à tous les pays francophones. Auteure , forme d’usage récent, est désormais préconisée en Belgique et au Canada francophone, mais contestée en France par l’Académie française qui la considère comme un néologisme.

David Pontille,  Qu’est-ce qu’un auteur scientifique ? Sciences de la Société, no 67, 2006, pp. Et si les contes de fées favorisaient les violences faites aux femmes? Michèle Lenoble-Pinson,  Mettre au féminin les noms de métier : résistances culturelles et sociolinguistiques. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 1 mars 2019 à 15:09.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.