This is America : Révolte l’édition nouvelle PDF

Si ce bandeau this is America : Révolte l’édition nouvelle PDF’est plus pertinent, retirez-le. Les cristeros doivent alors se démobiliser et déposer les armes. Le nom de Cristeros est d’abord un sobriquet donné aux insurgés par les soldats fédéraux mais les combattants se l’approprient rapidement. Il reprend leur cri de ralliement : Viva Cristo Rey!


Ce court essai, bien qu’il ne soit pas écrit en vers mais en cristal, est un pamphlet diamant dont la principale ambition, est de réfuter l’élection divine de l’Amérique. Derrière l’étiquette de gendarme de quelques régions du monde, se cache une volonté névrosée de sans cesse gagner en puissance issue de la période coloniale. Le Léviathan du XXIe siècle semble rencontrer des difficultés avec l’invasion de la fontaine de vie noire entre l’Euphrate et le Tigre. Cette ruée vers l’huile minérale, formée d’hydrocarbures entre la Méditerranée et le golfe Persique, contribue paradoxalement à conforter la mission universelle de conversion du monde à la démocratie par l’Amérique. Apparemment cette boutade n’est perceptible que par les Non-Américains. La bienveillante grande sour, Europe vient au secours de sa cadette, la jeune Amérique. Elle souhaite la nourrir non pas avec une pomme rouge empoisonnée mais avec le fruit blanc de la raison.

Mais Juárez montra, en 1867, une politique de conciliation envers l’Église et reconnut les droits civiques des membres du clergé, particulièrement le droit à voter. L’irruption de la Révolution, initiée en 1910 par Francisco Madero et réellement achevée en 1940, remit à l’ordre du jour la question religieuse dans la vie politique mexicaine. L’Etat en mutation souhaitait contrôler tous les pouvoirs centrifuges dont l’Eglise faisait partie. Les hommes politiques qui détenaient alors le pouvoir l’accusaient de maintenir le pays dans l’obscurantisme et d’empêcher tout progrès. Enfin, l’article 130 porte atteinte aux droits civiques des membres du clergé : les prêtres n’ont pas le droit de porter leurs habits religieux, perdent le droit de vote, et se voient interdire tout commentaire sur les affaires publiques dans les organes de presse.

L’élection de Plutarco Elías Calles en 1924 met fin à cette trêve entre le gouvernement et l’Église. En réaction à ces mesures, la résistance des mouvements catholiques se durcit. Union populaire, un parti politique catholique fondé en 1924. Le 11 juillet 1926, les évêques mexicains votent la suspension du culte public dans tout le pays, en réaction aux lois promulguées par le gouvernement de Calles.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.