Sociologie des organisations PDF

Cette page utilise des cadres, mais votre navigateur ne les prend pas en charge. Elle peut aussi se définir comme une science sociale sociologie des organisations PDF étudie des entités particulières nommées organisations, ainsi que leurs modes de gouvernance et interactions avec leur environnement, et qui applique les méthodes sociologiques à l’étude de ces entités.


Les organisations sont un élément familier de notre environnement quotidien. Pourtant il a fallu attendre l’après Seconde Guerre mondiale, aux Etats-Unis, pour que des chercheurs abordent l’étude des comportements, des institutions et même de la société dans son ensemble sous l’angle des organisations. En France l’exploration de ces phénomènes n’a jamais atteint une ampleur similaire, malgré la réflexion menée notamment par Michel Crozier. Ce livre se propose de retracer les étapes essentielles du développement de la sociologie des organisations, dans une perspective aussi bien théorique que pratique. A quelles conditions est-il possible de tenir compte, dans l’administration et l’industrie, de cette méthode de recherche ?

Elle est à l’intersection de plusieurs disciplines, dont l’économie des organisations, le management et la théorie des organisations. Un regroupement d’humains qui coordonnent leurs activités pour atteindre certains buts. L’organisation est alors envisagée comme une réponse au problème de l’action collective organisée, de sa coordination et de sa stabilisation. Les diverses façons par lesquelles ces groupements structurent les moyens dont ils disposent pour parvenir à leurs fins. L’action d’organiser, ou encore le processus qui engendre les groupements ou les structures d’organisation. Il est donc essentiel d’analyser et de comprendre le fonctionnement de ces groupements. Toutes ces entités, malgré leurs différences, ont des caractéristiques communes et ont à résoudre des problèmes voisins.

Il importe de comprendre la logique qui se cache derrière cette diversité dans l’organisation. Et il y a autant de formes spécifiques d’organisations que d’objectifs justifiant l’action collective : économique, sociale, politique, religieuse, écologique, caritatives, etc. La sociologie des organisations, en étudiant le phénomène de l’organisation, soulève certaines problématiques récurrentes, qui sont souvent liées aux tensions qui affectent les organisations. Elles ont donné lieu à différents thèmes d’études. Les études s’inscrivant dans cette thématique s’efforcent de comprendre comment les organisations parviennent à maintenir leur structure et leur identité, malgré les tensions internes et externes qu’elles subissent.

L’étude de la structure formelle et informelle. Nombre d’études ont cherché à clarifier les liens entre la structure formelle et les relations sociales informelles au sein des organisations. Comment les organisations gèrent-elles l’innovation et comment l’intègrent-elles pour s’adapter à leur environnement technique et social ? Certaines études tentent de comprendre comment et pourquoi la structure formelle évolue, à travers les processus qui gouvernent la création et la modification des règles. D’autres s’intéressent à l’intégration des innovations techniques dans les organisations. La hiérarchie et les relations de pouvoir. Le lien social et identitaire, ainsi que les phénomènes culturels.

L’étude de la circulation de l’information et les outils de communication. Conflits syndicaux, situation de stress, précarité, phénomène du placard, baisse de la productivité, absentéisme, recherche des causes des blocages au sein des organisations, etc. Pour répondre à ces différents enjeux, la principale difficulté est de trouver un outil d’observation et de compréhension de l’organisation. Pour ce faire, Gareth Morgan au cours de ses travaux qui ont fait date dans la compréhension des organisations, propose une grille de lecture utilisable par les chercheurs et les managers. Selon cet auteur, les théories de l’organisation reposent sur des images implicites qui nous éclairent sur les organisations. En fonctionnement par analogie, les métaphores vont permettre de mettre en avant les similitudes pouvant exister entre l’organisation, d’une part, et l’image employée, d’autre part. En complément, des distorsions existeront qui ne couvriront pas les différences entre l’organisation et son image.

Ils vont produire des travaux parallèles et complémentaires. Il l’étudie sous l’angle de la rationalisation, mais il va également s’intéresser au rôle de la religion sur l’esprit d’entreprise et sur la dynamique du capitalisme. Destinées principalement à un public universitaire, les théories de Max Weber auront une portée essentiellement heuristique. Elles ne donneront pas lieu à des applications concrètes. Celle-ci est axée sur l’étude de l’optimisation et de la rationalisation de la production.

Ses travaux vont susciter un grand intérêt et être appliqués, au moins partiellement, dans de nombreux secteurs industriels. Il cherche les procédés de gestion qui sont les mieux adaptés pour établir une administration optimale. Il est considéré comme le père du management moderne. Sa théorie prendra plus tard l’appellation de Fayolisme. Au sein du corpus, il existe de nombreuses approches qui mélangent sociologie et psychologie.

This entry was posted in Romans et littérature. Bookmark the permalink.