Rouen, la métropole oubliée ? PDF

L’université de Nantes est une université française implantée en Loire-Atlantique et en Vendée, et dont les principaux campus sont situés à Nantes Métropole. Elle dispose de 6 implantations sur le territoire de Nantes métropole, et de campus secondaires à Saint-Nazaire et à La Roche-sur-Yon. Cependant les deux facultés de Droit, l’une enseignant le droit canonique et l’autre le droit civil, étaient jumelées et fonctionnaient comme si elles n’en formaient qu’une seule, à tel point que les cours étaient combinés. Rouen, la métropole oubliée ? PDF sommet de la hiérarchie, l’université était placée sur la direction d’un  recteur  qui, lors des processions suivait immédiatement l’évêque de Nantes, et avait le pas sur les autres évêques bretons.


Absente d’un récent rapport interministériel sur les métropoles, Rouen a perdu de sa visibilité dans le cadre français. D’une taille démographique pourtant comparable à Strasbourg ou Grenoble, la ville peine à afficher des ambitions métropolitaines. Ce livre propose une réflexion sur les perspectives offertes à l’agglomération, aussi bien dans les domaines économique, environnemental, culturel et politique, que dans le domaine du social. Cette analyse géographique est à replacer dans le cadre d’une réflexion d’ensemble sur le devenir urbain.

Chaque vendredi, les procureurs des facultés se réunissait en collège sous la présidence du recteur afin de gérer les affaires courantes. Une congrégation générale regroupait dans des circonstances importantes, l’ensemble des gradués de chaque facultés. Celles-ci votait séparément et les décisions étaient prises à la majorité des facultés. C’est justement dans les divers couvents de la ville qu’étaient dispensés les cours de théologie et de droit canon. L’année scolaire débutait chaque année par la fête en l’honneur du premier évêque de Nantes Saint Clair, célébrée le 10 octobre. Une messe du Saint-Esprit était célébrée le lendemain en la chapelle du couvent des Cordeliers. Cette année se terminait le jour de l’Assomption, le 15 août suivant.

Henri IV cherchant ainsi à punir Nantes, ville ligueuse, pour son soutien au duc de Mercœur. Une nouvelle lettre patente du 5 septembre 1591 réitère cet ordre de transfert, mais là encore reste inappliquée. Nantes est tout entière tournée vers le commerce et ses élites s’intéressent peu à cette institution. Par conséquent, la faculté de Droit est effectivement transférée à Rennes en 1735 où siège le Parlement de Bretagne. Rennes devenant le centre névralgique d’une institution qui devient bipolaire. Cité des Ducs  une ville universitaire de second plan par rapport à sa rivale rennaise. Il est par la suite plusieurs fois question de transférer le reste des facultés de Nantes à Rennes, notamment en 1778.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.