Rome et l’âge d’or PDF

L’Âge d’airain est la première statue en bronze d’Auguste Rodin de 1877. Elle lui apporte une certaine notoriété à l’âge de rome et l’âge d’or PDF ans, suscitant des commandes de l’État avant que les commandes privées ne se multiplient. Dans l’Antiquité, le terme est utilisé pour désigner d’une façon noble le bronze.


L’auteur a enseigné la littérature latine pendant près de quarante ans aux universités de Poitiers, puis de Nanterre. Grâce à cet enseignement, la fréquentation toujours plus intime des textes a très tôt orienté son intérêt vers les poètes latins du 1er siècle avant notre ère en qui lui semblait découvrir de très grandes beautés poétiques. Certes, sans parler de l’obstacle de la langue, ces poètes ont œuvré dans un contexte politique, social et culturel qui ne ressemble pas à celui du XXe siècle finissant. Les codes qui présidaient au choix de leurs images et de leurs métaphores restent étrangers à qui n’est pas armé par la philosophie pour les décrypter. Mais n’appartient-il pas au spécialiste de rendre perméable cette façade rébarbative pour faire apercevoir au-delà certaines valeurs universelles ? Aussi bien n’est-ce pas un hasard si, précédemment, l’auteur a intitulé un livre : Virgile, son temps et le nôtre. Depuis plus de dix ans, l’usage que les poètes latins de la fin de la République ont fait du mythe de l’âge d’or a piqué la curiosité de l’auteur. Ses recherches l’ont convaincu que derrière ce vieux mythe, se livrait un débat passionné dont les enjeux n’étaient autres que la notion même de liberté et la capacité de l’imagination poétique à engendrer le bonheur. Il lui a paru qu’il pouvait valoir la peine de faire partager à d’autres cette conviction.

En 1877 âgé de 37 ans, il retourne à Bruxelles où il réalise en 18 mois sa première grande œuvre  L’Âge d’airain , avec laquelle il espère devenir célèbre. Rodin a enlevée pour dégager le bras de tout attribut et donner au geste une ampleur nouvelle. Plusieurs exemplaires de l’original seront réalisés par moulage. Les commandes officielles abondent rapidement et Rodin devient portraitiste mondain.

En 1878, Rodin crée son Saint Jean Baptiste plus grand que nature pour prouver qu’il n’a pas recours au moulage et prouver son génie. Jardin du palais Saint-Pierre, musée des Beaux-Arts de Lyon. 1997 : Vers l’âge d’airain, Rodin en Belgique : Exposition, Antoinette Le Normand-Romain, Claude Judrin et I. Hélène Pinet, Rodin, les mains du génie, Gallimard, 1988, p. Serge Gérard, Rodin, l’homme d’airain, Editions Cheminements, 2004, p.

This entry was posted in Beaux livres. Bookmark the permalink.