Raconte-moi… Le Conseil régional PDF

Dans ce long texte, l’assaillant déclare que les moments clé de sa radicalisation furent la défaite de Marine Le Pen à la présidentielle française de 2017 et une attaque au camion qui a fait cinq morts à Stockholm en avril 2017. Le titre de son manifeste, « The Great Raconte-moi… Le Conseil régional PDF », fait référence à la théorie de l’écrivain Renaud Camus.


À partir des années 50, la Région va s’imposer peu à peu dans le paysage institutionnel français…
Grâce à ce petit livre clair et précis, vous en saurez plus sur l’origine de la Région et son fonctionnement ; comment sont élus ses membres et quelles sont ses priorités.

Osezleféminisme, le Planning familial et, bien évidemment, Marlène Schiappa se sont fendus de communiqués pour stigmatiser cette « prise en otage des femmes ». Ce qui veut dire que les 120 premiers bébés qu’il met au monde dans l’année lui financent simplement de quoi payer son assurance. Est-il, à ce prix-là, au moins bien couvert en cas d’erreur médicale ? Parce que jusqu’en 2012, avant qu’un fonds commun n’en prenne en charge les dépassements, les assureurs ne couvraient que jusqu’à un certain plafond. Rappelons, par ailleurs, que quelqu’un qui s’estime victime d’un handicap par la faute de celui qui l’a mis au monde peut porter plainte pendant trente ans, auxquels s’ajoute l’âge de la majorité, soit 48 ans !

Mais grâce au tollé, Agnès Buzyn assure aujourd’hui que son ministère « suit le dossier de très près », tout en indiquant « qu’il ne pourra être traité efficacement que dans la sérénité nécessaire et l’esprit de responsabilité de chacun ». Et que ces dames se rassurent : une grève des curettes et des aspirateurs n’est pas pour demain. Jamais, en France, même quand les plus graves menaces pesaient sur la médecine libérale, aucun syndicat n’a réussi un seul jour de grève générale. Thomas Joly, Secrétaire général du Parti de la France, en ce jour de mobilisation soi-disant « spontanée » des collégiens et lycéens français pour le climat, dénonce une manipulation mondialiste. 40 ans dans les cités », le livre témoignage que publie Michel Aubouin, nous dissuade de détourner les yeux. Il a notamment rendu à Manuel Valls, en 2016, un rapport sur la situation de Grigny, la ville la plus pauvre de France, dans l’Essonne.

Son récit a le mérite d’embrasser l’ensemble des causes de la lente décomposition des cités françaises. Depuis maintenant 40 ans, plusieurs « plans banlieues » se sont succédés pour faire bouger les choses dans ces quartiers. L’on peut notamment citer la création des zones d’éducation prioritaire en 1981 ou le plan Borloo de rénovation urbaine en 2005. Sur 25 ans, les engagements financiers à cet effet s’élèvent à 75 milliards d’euros. Et pourtant, cela n’a eu aucun impact majeur sur le terrain. Même si ce que révèle ce livre n’étonnera personne et que l’invasion migratoire n’y est évidemment pas remise en cause, qu’un ancien serviteur zélé du Système aborde ce sujet avec préoccupation démontre la gravité de la situation dans ces zones occupées.

Clémentine Autain et le retour en France des djihadistes : angélisme ou connivence ? Ce député de La France insoumise rencontrera donc, prochainement, le collectif Familles unies. Syrie et en Irak aux côtés de l’État islamique. Le point commun de tous les parents », peut-on lire sur le site du collectif, « est qu’ils sont tous victimes d’une idéologie mortifère, qui a entraîné leurs enfants dans une zone de guerre, pour les sacrifier en première ligne, au nom de cette idéologie ». Ils ont décidé de se réunir « en un collectif laïc et républicain, respectueux des différences philosophiques, politiques et religieuses ». On peut comprendre que des familles françaises, consternées de voir leurs enfants rejoindre les combattants islamiques, éprouvent le besoin d’évoquer entre elles leur situation. Ne serait-ce que pour confronter les conditions de leur départ et en tirer des leçons afin que de tels faits ne se renouvellent pas.

Mais la réunion organisée à l’Assemblée n’est pas une rencontre destinée à se soutenir ou à prévenir. On ne peut reprocher à ce collectif de se préoccuper de l’avenir d’enfants dont les parents risquent d’être condamnés à mort. Mais la lecture de ses communiqués montre que leur attention ne se limite pas aux enfants innocents, emmenés de force ou nés sur place. Ainsi, dans un communiqué du 26 décembre 2018, sous le titre « Les Français détenus dans les camps et les prisons en Syrie vont-il être livrés à Assad ? S’il insiste sur la souffrance des enfants, il estime que ce sont tous les djihadistes français et leurs familles, « en danger de mort », qui doivent être rapatriés d’urgence.

Les adultes prisonniers, « aussi coupables soient-ils », doivent être jugés dans des « procès équitables ». En appuyant une telle démarche, Clémentine Autain fait-elle preuve d’un angélisme irresponsable ou confirme-t-elle les soupçons d’islamo-gauchisme portés contre une partie de l’extrême gauche ? Si les enfants reviennent en France, le gouvernement doit préparer sérieusement leur réinsertion, qui sera difficile après les traumatismes et les endoctrinements qu’ils ont subis. Quant aux djihadistes, hommes et femmes, s’il ne faut pas répondre à la barbarie par la barbarie, son premier devoir est de protéger l’ensemble des Français du danger que représenterait leur retour.

C’en est assez de s’apitoyer sur des criminels qui ont choisi de trahir la France et de la combattre ! D’autant plus que la plupart sont des fanatiques, des jusqu’au-boutistes qui n’ont aucune intention de se repentir. Entre 2012 et 2017, les impôts et taxes ont explosé, comme le montre ce tableau de l’INSEE et de la DGFIP, organismes pourtant au service du Système. The Financial Times, prestigieux quotidien financier britannique connu pour sa couleur saumon, ne mâche pas ses mots à propos d’Emmanuel Macron.

Vite, nommez un pays : critiqué cette semaine par la présidente de la Commission de l’ONU pour les Droits de l’Homme pour son usage excessif de la force contre les manifestants, son gouvernement a fait passer une série de lois pour réprimer les manifestations, dissoudre les réseaux d’opposants, promouvoir une « vérité officielle » et supprimer les contenus sur les réseaux sociaux. Bienvenue en France, patrie d’Emmanuel Macron, le chéri des progressistes. Les manifestants, évidemment, sont les méchants Gilets Jaunes, qui pourront être interdits individuellement de participer à des manifestations et seront placés sur une liste spéciale à la faveur de la loi « anti-émeute » votée le mois dernier par l’Assemblée Nationale. Les opposants, pendant ce temps-là, sont à l’extrême-droite. L’État de droit ne fonctionne pas de cette façon. Tolérer les attitudes déviantes, irritantes, excentriques qui ne blessent pas directement les autres est la définition même d’une société ouverte. En essayant de définir qui est autorisé à écrire, parler, tweeter ou manifester, M.

This entry was posted in Livres pour enfants. Bookmark the permalink.