Rééducation de la lecture par le mot – Perception des variations phonologiques PDF

La scolarisation permet l’apprentissage du langage écrit et la prise de conscience et l’apprentissage explicites des règles de grammaire et d’orthographe de la langue, ainsi que la poursuite de l’enrichissement du vocabulaire. L’acquisition du langage oral a fait l’objet de controverses théoriques, en particulier sur la question des origines innées ou acquises des compétences linguistiques de l’enfant. Le langage humain peut être décrit par ses aspects structurels et par ses aspects pragmatiques. L’rééducation de la lecture par le mot – Perception des variations phonologiques PDF du développement du langage fait la distinction entre l’aspect réceptif qui touche à la compréhension du langage, et la production du langage.


Le langage écrit a vu le jour il a quelque 5000 ans et la majeure partie des élèves qui, depuis, tente de lire y parvient sans éprouver de difficultés insurmontables. Pour les lecteurs habiles et rapides que nous sommes, les associations phonologiques sont devenues automatiques : savoir lire est une évidence ! Cependant, lorsqu’un lecteur est en difficulté il va devoir s’entraîner afin de saisir les principales variations combinatoires qui permettent d’accéder à une représentation stable de la forme écrite du mot. Dans cet entraînement à la perception des variations phonologiques dans le mot, Marie Christine Perret est passée maître. Cette dextérité dans l’appréhension des difficultés pour mieux les surmonter est le fruit de son expérience personnelle de plus de vingt ans de rééducation orthophonique de patients de tous âges et venus de tous horizons. Une analyse fine et approfondie des erreurs commises par les apprentis lecteurs permet à l’auteur de centrer son apprentissage de la lecture sur des listes de mots et de phrases selon une progression très précise. Ce travail rigoureux offre aux professionnels – enseignants ou rééducateurs – des exercices et des possibilités d’entraînement sur des assemblages de mots toujours pertinents et souvent ludiques. Il s’agit en effet d’expliquer à l’apprenti comment utiliser au mieux ses propres compétences cognitives pour réussir pleinement l’apprentissage raisonné de la lecture. Apprendre à lire est un palier important dans la vie d’un élève car la lecture est, et reste, cet outil primordial pour une poursuite sans anicroches de la scolarité. La maîtrise de la lecture est pour tous la base incontournable d’une bonne intégration sociale. Cet ouvrage contient un code pour télécharger plus de 350 exercices accessibles via un code personnel donné en couverture intérieure.

L’enfant n’utilise pas encore des mots, néanmoins il communique et développe des habiletés qui le préparent à articuler ses premiers mots. Avant la naissance, durant les dernières semaines de la grossesse, l’humain semble capable de reconnaître certaines caractéristiques de sa langue maternelle ainsi que de distinguer la voix de sa mère de celle d’une autre femme. Un nourrisson de 14 semaines gazouille dans une interaction avec l’adulte où une structure de dialogue s’ébauche : l’enfant alterne l’écoute et la production de sons. Les premières vocalisations du nouveau-né, et son premier moyen de communiquer à distance, sont les pleurs.

Entre 6 semaines et trois mois, les mélodies des vocalisations de l’enfant deviennent plus variées. Sur le plan cognitif, à ce stade l’enfant produit ce que le psychologue Jean Piaget a décrit comme les réactions circulaires primaires, c’est-à-dire des répétition d’actions corporelles qui semblent volontaires et indiquent l’apprentissage des premières habitudes. Vers trois mois, les gazouillis du nourrisson deviennent plus complexes. Vers six mois, des syllabes du type consonne-voyelle sont répétées, comme  ma-ma-ma-ma . Tous les enfants de six mois babillent de manière relativement similaire quel que soit leur environnement linguistique.

This entry was posted in Romans et littérature. Bookmark the permalink.