Perception et réalité : Une introduction à la psychologie des perceptions PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? La psychophysique est une branche de la psychologie expérimentale qui cherche à déterminer les relations quantitatives qui existent entre un stimulus physique et la perception qu’on en a. On considère que Gustav Fechner, auteur du Elemente der Psychophysik en 1860, est le fondateur de la psychophysique. La démarche expérimentale en psychophysique consiste en général à isoler une grandeur physique afin de déterminer comment elle est reliée à perception et réalité : Une introduction à la psychologie des perceptions PDF sensation.


Nos perceptions nous donnent accès à l’univers environnant. Mais quelle est la nature de la réalité perceptive? En quoi diffère-t-elle de la réalité des physiciens, des chimistes, des géomètres, des physiologistes ? La psychologie de la perception définit la réalité comme l’ensemble des données avec lesquelles nous sommes en interaction constante et que nous utilisons pour nous adapter et survivre. Ces données ont longtemps été admises comme issues des sens alors qu’aujourd’hui elles sont plutôt considérées comme un produit du cerveau. Le présent ouvrage examine la diversité des réponses que les sciences humaines apportent à ces questions en exposant, entre autres, le débat qui a actuellement cours au sujet de l’importance respective du « biologique » et du « psychologique » dans le processus de perception. Après un développement des fondements théoriques et expérimentaux de la psychologie de la perception, plusieurs chapitres décrivent les diverses modalités sensorielles dont nous disposons et expliquent comment notre perception générale résulte de la participation simultanée et interactive de nos différents sens. Enfin, sous le titre général Les mécanismes perceptifs, sont examinées les grandes dimensions de la réalité perceptive que constituent l’espace, le mouvement, le temps et la forme, de même que des thématiques essentielles comme le développement perceptif, les rapports de réciprocité entre perception et action, et les mécanismes de la sélectivité perceptive. Fruit d’une collaboration internationale, ce livre démontre comment les concepts théoriques de la psychologie des perceptions s’articulent avec les preuves expérimentales. Par une structure très didactique (encadrés explicatifs, rappels historiques, figures claires) et un style direct, cet ouvrage s’adresse tout spécialement aux professeurs et étudiants en psychologie, en neurosciences et en sciences cognitives. Il rend également ces notions complexes accessibles au lecteur profane en psychologie

Le seuil de détection est la valeur minimale du stimulus à partir de laquelle un individu est capable de dire qu’une stimulation est présente. Le seuil différentiel est la différence de valeur du stimulus à partir duquel il parvient à distinguer deux stimulations. Le seuil de détection et le seuil différentiel permettent d’échafauder une métrique: cette métrique est indispensable aux psychologues pour comparer l’influence des conditions expérimentales sur les sensations. Les méthodes utilisées pour déterminer ce seuil de détection sont multiples.

Les progrès de la méthodologie expérimentale en psychophysique ont, dans une large mesure, consisté à éliminer les biais dans le mode de présentation des stimulations qui pourraient fausser l’évaluation du seuil de détection. Ce dernier doit dire à chaque fois si oui ou non un stimulus était présent. Ces mêmes mesures appliquées à la détermination expérimentale du seuil différentiel ont conduit Weber puis Fechner à proposer la loi de Weber-Fechner, selon laquelle le seuil différentiel pour un même type de stimulation le seuil différentiel est proportionnel à la grandeur physique. Autrement dit, le seuil est une fraction, par exemple un dixième, de la grandeur physique.

This entry was posted in Etudes supérieures. Bookmark the permalink.