Passeur de vies PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Les rites funéraires dans la Grèce antique désignent l’ensemble des pratiques sociales en usage en Grèce antique afin de passeur de vies PDF hommage aux morts après leur décès. Scène d’ekphora, Hirschfeld Krater, vers 750-735 av.


Une rencontre avec Jacques Salomé autour de la notion de responsabilisation.

Cette partie est également le moment pour les familles de montrer leur statut au sein de la cité et cela à travers le type de cortège utilisé. Les deux pratiques de la crémation et de l’inhumation étaient utilisées, bien que l’on note là aussi une différence liée au statut du défunt. La tradition voulait que, dans les tombeaux, on dépose des asphodèles. En plus de la présence de cette plante, on note à partir du VIe siècle av. Charon, ainsi que le gâteau de miel destiné à apaiser Cerbère dans les tombes. Il banchetto », Museo archeologico nazionale di Egnazia.

Illustre le banquet funéraire, ou perideipnon. Les funérailles étaient clôturées par la réalisation d’un repas regroupant les membres de la famille, le perideipnon, lequel prenait place directement après l’inhumation ou la crémation. La mort était considérée par les Grecs comme une délivrance. En effet, si les rites étaient effectués correctement, le mort rejoignait les Enfers.

Le défunt était ainsi à partir du VIe siècle av. La réalisation correcte des rituels était nécessaire pour parvenir au bon repos de l’âme. L’importance était également de ne pas subir la colère des revenants et un retour potentiel des ces-derniers. Pour cela, les rituels tels que les libations sont utilisés sur les tombes afin de garantir la tranquillité des défunts.

Des commémorations envers les morts prenaient également place, dans un but similaire. De par la nature des rites, la cérémonie est un élément de par essence public, visible par toute la cité. Il existe cependant des limitations sur la manière de réaliser les funérailles. Cela est visible dans la législation concernant le nombre de personnes pouvant assister aux différentes étapes des funérailles, particulièrement l’ekphora et la réalisation de la tombe. De même, d’autres législateurs comme Démétrios de Phalère ont eux aussi cherché à faire limiter le luxe des funérailles. Cette règle de la modestie lors des funérailles ne concernait pas les soldats de la cité morts au combat. Il existe là aussi des distinctions.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.