Otage à Jolo PDF

Philippines, principalement Jolo, Basilan et Mindanao. Otage à Jolo PDF groupe est actuellement combattu par l’armée philippine qui bénéficie de l’aide de l’armée américaine. Philippines comme la Malaisie et l’Indonésie.


Le Journal de captivité de l’un des otages français du groupe philippin «Abou Sayaf». Un témoignage humain d’une rare intensité.

Abou Sayyaf est l’un des plus petits mais aussi des plus radicaux des groupes islamiques indépendantistes de Mindanao. 1991 sous l’impulsion de Abdurajak Abubakar Janjalani. Ramzi Yousef fait exploser une bombe à bord du vol 434 de Philippine Airlines, tuant un passager japonais. Un homme appelle alors les autorités et déclare  Nous sommes le groupe Abou Sayyaf.

Nous faisons exploser un avion en provenance de Cebu . La première opération d’envergure du groupe Abou Sayyaf est l’assaut d’une tête de pont dans la ville de Ipil sur l’île de Mindanao en avril 1995. Abdurajik Janjalani est tué lors d’un affrontement avec les forces de police philippines le 18 décembre 1998. Son jeune frère, Khadaffy Abubakar Janjalani, lui succède à la tête de l’organisation. La mort du leader historique du groupe a induit un changement de politique du mouvement qui passe d’actions idéologiques et symboliques à des actions de kidnappings, de meurtres et de vols.

Le fief d’Abou Sayyaf est situé dans le sud des Philippines, mais ses membres voyagent occasionnellement pour des actions à Manille ou dans d’autres îles. Le groupe étend ses opérations à la Malaisie en 2000, avec l’enlèvement de touristes étrangers. Le groupe s’attaque deux fois à des hôtels de luxe, notamment à Sipadan, enlevant à chaque fois des touristes, en 2000 et 2001. Les otages sont relâchés quelques mois plus tard contre des rançons. Le commandant Abou Sabaya est tué en 2002 en essayant d’échapper aux forces philippines.

Le groupe est accusé d’avoir perpétré l’attentat le plus meurtrier de l’histoire des Philippines, l’attaque d’un ferry près de Manille qui a fait cent morts en 2004. Sa mort est prouvée par des tests ADN. En juin 2007, Yasser Igasan est désigné comme le nouveau chef du groupe terroriste. Le 20 juillet 2009, un porte-parole des forces armées philippines annonce que le gouvernement planifie une offensive majeure contre Abou Sayyaf en vue d’entraîner sa disparition d’ici fin 2010. Le 21 septembre 2009, l’armée philippine s’empare d’un des principaux repaires d’Abou Sayyaf sur l’île de Jolo.

Le 29 septembre 2009, une bombe improvisée explose au passage d’un véhicule de l’armée américaine à Indanan, tuant deux GI et un soldat philippin. L’attaque, bien que non revendiquée, est imputée à Abou Sayyaf. Le 21 février 2010, une opération lancée par les forces armées philippines contre un camp d’Abou Sayyaf se solde par la mort de six militants islamistes et de deux soldats philippins. En avril 2014, Abou Sayyaf capture en mer un couple d’Allemands entre Bornéo et les Philippines. Rolando del Torchio, est enlevé le 25 octobre 2015, puis libéré le 8 avril 2016, sur l’île de Jolo. Le Norvégien Kjartan Sekkingstad et trois matelots indonésiens sont également libérés le 17 septembre 2016. Le vendredi 2 septembre 2016, au moins 14 personnes sont tuées lors d’une l’explosion d’une bombe à Davao, dans le sud des Philippines.

Isnilon Totoni Hapilon : no 2 présumé et émir régional pour l’État islamique en Asie du sud-est, tué lors du Siège de Marawi le 16 octobre 2017. On a longtemps pensé que le groupe ne recevait pas de financement externe et se contentait de ses enlèvements, rançons ou vols. Philippines : Manille annonce la mort du chef du groupe islamiste Abou Sayyaf, Le Monde, 22 janvier 2007. Philippine Information Agency, 3 octobre 2008. L’armée philippine s’est emparée du principal repaire des islamistes d’Abou Sayyaf.

This entry was posted in Beaux livres. Bookmark the permalink.