Officiers et Soldats de la Garde Impériale : les troupes à cheval 1804-1805 (3) PDF

Un article de Wikipédia, officiers et Soldats de la Garde Impériale : les troupes à cheval 1804-1805 (3) PDF’encyclopédie libre. Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Un grenadier à pied de la Vieille Garde en faction, par Édouard Detaille.


Le troisième tome de cette série à succès consacrée à la phalange d’élite de l’Empereur, complète l’étude de la cavalerie de la Garde. On trouve dans ce Tome 3 les Mamelucks avec leur tenue orientale, les célèbres lanciers polonais, les lanciers rouges (hollandais), les lanciers de Berg, la gendarmerie d’élite. Un quatrième volume traitera de la suite des troupes montées de la Garde impériale : gendarmerie d’élite, gendarmes d’ordonnance, les éclaireurs…

La Garde impériale était un corps d’armée d’élite du Premier Empire, constitué de soldats vétérans et destiné à protéger fidèlement l’Empereur des Français et à servir de réserve d’élite à la Grande Armée lors des batailles. Dans les faits, la Garde impériale ne servit que sous le commandement direct de Napoléon et constitua la force sur laquelle ce dernier pouvait toujours s’appuyer en toute circonstance. La Garde était composée des soldats les plus valeureux qui avaient pour la plupart participé aux guerres de la Révolution et qui étaient totalement dévoués à la personne de l’Empereur. La mission principale de la Garde était la protection de l’Empereur, mais rapidement la Garde devint une unité combattante.

Réserve de l’armée, elle forma son épine dorsale et se devait être irréprochable. Passivement, elle servait également à encadrer les autres troupes et renforçait la cohésion au sein de toutes les unités par sa seule présence et son comportement. Quand Napoléon couchait au milieu de ses troupes, c’était invariablement au milieu de la Garde. La Garde possédait un uniforme plus prestigieux et de meilleure coupe, ainsi qu’un armement qui lui était propre. La solde y était supérieure et la nourriture meilleure.

Elle était prioritaire en ravitaillement pendant les campagnes et avait souvent le privilège de cantonner à Paris en temps de paix. Elle disposait en outre de son propre corps de musiciens. Napoléon passant la Garde en revue à la bataille d’Iéna, le 14 octobre 1806. La Garde comprenait également des corps de cavalerie, dont les célèbres chasseurs à cheval ainsi qu’une unité de lanciers polonais, particulièrement fidèles à l’Empereur. Pour l’anecdote, lorsqu’un soldat de la Vieille Garde part en retraite ou est réformé, il devient  un vieux de la Vieille , expression restée de nos jours. Napoléon est particulièrement bienveillant envers sa Vieille Garde, qui lui voue en retour une admiration sans bornes.

Ainsi, celui qui fut appelé ultérieurement l’Aiglon, le roi de Rome, était pour eux aussi un objet de vénération. Restauration de 1814, la Vieille Garde, rebaptisée  Grenadiers de France , avait une tendance à tomber subitement aphone au moment de crier  Vive le Roi . Les vétérans de la Vieille Garde sont considérés comme les soldats les plus valeureux de l’histoire militaire française. Boucle de ceinture d’officier de la Garde.

La Garde consulaire devint alors la Garde impériale, créée officieusement dès le 19 mai. Elle comprit dans un premier temps deux régiments, un de grenadiers et un de chasseurs. 1 capitaine, 1 lieutenant, 1 sous-lieutenant, 1 sergent-major, 4 sergents, 1 fourrier, 8 caporaux, 2 sapeurs, 80 grenadiers ou chasseurs et 2 tambours. Le bataillon de vélites était constitué de cinq compagnies comprenant chacune : 1 lieutenant, 1 sous-lieutenant, 1 sergent-major, 4 sergents, 1 fourrier, 8 caporaux, 172 vélites et 2 tambours. L’encadrement est assuré par des colonels et généraux en premier et en second, avec à sa tête un général d’armée ou un maréchal d’Empire. Il fallait un minimum de 10 ans de service pour entrer au 1er régiment de grenadiers à pied de la Garde impériale, et 8 pour le second, ainsi qu’avoir eu au cours de combats un comportement irréprochable, être de bonne moralité et savoir lire et écrire.

Les châtiments corporels y étaient interdits, les gardes se vouvoyaient et s’appelaient  Monsieur . Le port de la moustache  en crosse de pistolet  était obligatoire, ainsi que celui des pattes ou favoris. La moustache était cependant rasée pendant les quatre mois d’hiver. La Moyenne Garde fut plus exposée au combat que ses aînés. Tous les officiers de la Garde étaient de Vieille Garde, les sous-officiers montaient d’un cran dans la hiérarchie, un sous-officier de la Jeune Garde faisant partie de la Moyenne Garde, et ainsi de suite. Notons que Napoléon veillait soigneusement à ce que rien ne soit écrit sur la Garde impériale. Même le journal militaire officiel ne publia jamais une seule ligne sur elle.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.