Manifeste NégaWatt : En route pour la transition énergétique ! PDF

L’image de l’escargot revient fréquemment chez les décroissants pour symboliser la nécessité selon eux de mettre un terme à ce qu’ils considèrent comme un  culte de la compétitivité  entretenu par les partisans de la croissance économique. Cette manifeste NégaWatt : En route pour la transition énergétique ! PDF n’est pas rédigée dans un style encyclopédique.


Elaboré par vingt-cinq praticiens de l’énergie, le «scénario négaWatt» est certainement aujourd’hui la proposition la plus novatrice pour repenser à l’horizon 2050 la politique énergétique de la France. Depuis 2003, leurs analyses le démontrent avec clarté : il est possible de remplacer les combustibles fossiles et le nucléaire par la sobriété des comportements individuels et collectifs, l’efficacité des performances des bâtiments, véhicules et équipements et la montée en puissance des énergies renouvelables. Cette nouvelle édition 2015 du Manifeste négaWatt, enrichie et entièrement mise à jour, décrit comment les hypothèses développées depuis 2003 par ces experts sont aujourd’hui confirmées et renforcées par les faits. A l’heure où tous les indicateurs sur le climat et l’énergie sont au rouge, il est urgent d’écouter enfin cet appel à engager notre pays dans le formidable projet qu’ils proposent : une telle transition énergétique, loin d’être un fardeau, est une chance !

Le mouvement de la décroissance émerge le 1er mars 1972, quand est publié le  rapport Meadows  intitulé Halte à la croissance ? Le 19 juin, paraît un numéro hors Série du Nouvel Observateur intitulé  La dernière chance de la Terre  tiré à 200 000 exemplaires et où le rapport est largement commenté. Quatre ans plus tôt, en avril 1968, un groupe de diplomates, universitaires, industriels et membres de la société civile, désireux de penser l’avenir du monde sur le long terme, s’était rassemblé sous le nom de Club de Rome. 1975 André Gorz rassemble ses articles dans l’ouvrage Écologie et politique.

This entry was posted in Beaux livres. Bookmark the permalink.