Maîtriser les ouvertures : Volume 3 PDF

Je recherche actuellement les références des réglementations européennes sur les revêtement du sol pour les usines agro-alimentaires. 43 : « surfaces lisses et faciles à nettoyer ». A aucun moment, il n’est fait référence à une valeur de la norme de « glissance » des sols pour telle ou telle activité. Différents types de sols sont analysés, entre maîtriser les ouvertures : Volume 3 PDF carrelage et résine.


De nos jours, brosser le portrait de la théorie des ouvertures, c’est entreprendre une vaste fresque où le soin apporté à la composition d’ensemble ne doit pas sacrifier le souci du détail. Pour relever ce défi, l’important est de mettre au premier plan les débuts qui se prêtent le mieux à une approche conceptuelle, dont la logique recoupe celle d’autres ouvertures et peut guider le joueur dans des situations variées.

En comparaison avec les systèmes issus de 1.e4 ou 1.d4, le complexe de l’ouverture Anglaise (1.c4) se caractérise justement par un jeu où la compréhension des idées générales est incontournable, dans la mesure où le contact direct entre les forces des deux camps intervient un peu plus tard, ce qui limite les possibilités tactiques. De plus, les transpositions sont si abondantes qu’il est très facile de se perdre dans le labyrinthe des variantes si l’on s’en remet trop à leur mémorisation.
Ce troisième volume de l’oeuvre de John Watson est entièrement consacré à l’Anglaise, dont il est depuis longtemps un spécialiste reconnu. Profitant de ce que 1.c4 est un peu moins populaire que 1.e4 ou 1.d4, l’auteur couvre pratiquement toutes les variantes, souvent de façon assez approfondie pour que le lecteur puisse construire tout un répertoire. Il approfondit au passage des notions dégagées dans les deux premiers volumes, comme par exemple la «pollinisation croisée» entre les ouvertures, et, entre autres leçons de portée générale, la comparaison de systèmes «inversés» permet d’appréhender finement la signification du temps aux échecs. En montrant toute la richesse – souvent méconnue – de l’ouverture anglaise, ce livre complète idéalement l’excellente introduction que reste l’Anglaise expliquée, de Zenon Franco.

Maîtriser les ouvertures s’adresse à tous ceux qui connaissent les règles du jeu et ont envie de progresser, du débutant au maître. Ce n’est pas une encyclopédie, ce n’est pas un répertoire, mais c’est sans doute le plus important livre d’ouverture depuis bien longtemps.

Le Maître International américain John Watson est un auteur mondialement reconnu pour ses ouvrages sur les ouvertures et sur la stratégie.

Il est surprenant que ce document ne fasse pas état du sol PVC technique de plus en plus utilisé en cuisine colective. L’utilisation de carreaux en faience est-elle autorisée en restauration collective: dans la cuisine et dans les sanitaires? Si non quelle est le type de revêtement autorisé. En effet, s’il s’agit de carrelage, celui-ci est même vivement préconisé dans la cuisine comme dans les sanitaires, mais n’est pas pour autant obligatoire.

97, les surfaces murales doivent être faciles à nettoyer et à désinfecter constituées de matériaux étanches, non absorbants, résistants aux chocs, de couleur claire, imputrescibles, lavables, non toxiques, et présentant une surface lisse. Des revêtements de sol faciles à nettoyer et à désinfecter constitués de matériaux étanches, non absorbants, résistants aux chocs, imputrescibles, de couleur claire, lavables et non toxiques. 2 carreaux, qui ne sont pas nettoyables et qui peuvent être des nids de contamination. Concernant les autres types de revêtements, j’ai déjà vu utiliser la résine. J’ai vu également un certain nombre d’établissements qui avaient opté pour le tout en peinture, mais au bout d’un an tout s’écaillait. J’entends souvent dire que l’on ne doit pas mettre de siphon de sol dans une chambre froide lorsque l’on construit un bâtiment agro-alimentaire mais je ne trouve pas le texte réglementaire confirmant ou infirmant ce point. Quelqu’un aurait-il une information à ce sujet?

C’est dans les chambre foides à température négative qu’il ne faut pas en mettre. Une telle obligation de moyen m’étonne. En tout état de cause, lorsque quelqu’un avance une obligation quelconque, il doit être capable de mentionner le texte réglementaire auquel il fait référence. Pour reprendre le débat au sujet de l’eau de javel, effectivement une porte-parole du syndicat de l’eau de javel m’a confirmé que ce produit n’avait pas fait l’objet d’une homologation. Ceci dit, une homologation permettrait effectivement d’éviter toute discussion. C’est vrai que nous n’implantons jamais de siphons dans les chambres froides, mais aussi éventuellement réserves alimentaires.

Aucun texte ne parle de cette « habitude ». Nous faisons cela afin de nous prémunir du risque de remontée d’eau dans le local, en dehors des heures de fonctionnement de la cuisine en particulier. Chesnais concernant la présence ou non de siphons de sols pour les chambres froides je répond catégoriquement OUI, il faut des siphons. 97 relatif aux règles d’hygiène applicables à certains aliments et préparations alimentaires destinés à la consommation humaine, il est écrit au Titre II chapitre Ier Art.

On ne peut pas être plus clair il me semble. Ne pas implanter de siphons – caniveaux sous prétexte de remontée d’eau n’est pas logique. Premièrement, le concept même des siphons empêche cette remontée et deuxièmement comment envisager un nettoyage et une désinfection satisfaisante si l’on ne peut intervenir avec de l’eau. Effectivement, notre problématique est liée au nettoyage des chambres froides et au problème de l’évacuation de l’eau de rinçage ou de la mousse.

Après discussion en interne Servair la meilleure solution d’un point de vue technique nous parait des siphons « rectangulaires » devant les portes des chambres froides côté couloir et avec une pente adaptée. Nous implantons des siphons evidemment des siphons de sol dans les circulation à proximité des dites chambres froides. Racler l’eau vers l’extérieur du local ne présente donc pas de risque. Nous avons eu à de mauvaises expériences sur des réseaux d’eau usée qui se « mettent en charge » et dans ce cas, siphon ou pas, l’eau déborde. Voila pour nos vision des siphons en cuisine collective.

D’où une moindre efficacité du système frigorifique. Happy nouille heure à tous, longue vie à ce forum et 2000 remerciements à son animateur. Je me suis deja presentee a vous il y a quelques temps, mais sous le nom d’OC COM. Je mene actuellement une enquete sur les carreaux ceramiques antiderapants en cuisines collectives et en agroalimentaire. La question est : « Faut-il ou pas revetir les sols de ces locaux de carreaux antiderapants ? Le sujet oppose souvent les services veterinaires et les inspecteurs du travail. Les premiers y voient un souci d’hygiene, les seconds un souci de securite des salaries.

Vos experiences et votre avis m’interessent. Le vivier de competences que represente le forum Hygiene me semble tout indique pour mener à bien cette etude. Avez-vous pris contact respectivement avec M. Liot, à la Caisse nationale d’assurance maladie, et avec Mme B.

This entry was posted in Romans et littérature. Bookmark the permalink.