Méthode d’autosuggestion positive PDF

L’édition de 1926 du livre qui a fondé la méthode d’Émile Coué. Elle utilise la répétition de prophéties autoréalisatrices, censée entraîner l’méthode d’autosuggestion positive PDF du sujet aux idées positives qu’il s’impose et ainsi un mieux-être psychologique ou physique. Elle se veut autant préventive que curative. Cette méthode fut à son apogée dans l’entre-deux-guerres.


Affecté dès son plus jeune âge par une Névrose obsessionnelle aggravée par la suite et au fil des ans par des Troubles obsessionnels compulsifs (TOCS) aussi variés que divers, parfaitement conscient de son état, lauteur a tenté tout dabord de se faire soigner par des psychiatres, psychothérapeutes, psychologues, sophrologues, hypnologues, nutritionnistes etc.

La médecine ne layant pas pris en charge comme il aurait fallu quelle le fasse notamment en adjoignant simultanément au traitement psychiatrique un traitement médicamenteux spécifique à son état mental, ne trouvant de ce fait aucun réconfort ni résultat probant auprès de ces divers praticiens, il a élaboré ses propres méthodes pour arriver à soulager ses souffrances. Ce qui en définitive la beaucoup aidé au point que presque quatre-vingt-dix-neuf pour cent de ses tocs ont complétement disparu à ce jour de même que ses insomnies, ses angoisses, ses pulsions alimentaires irrépressibles etc.

Il na écrit cet ouvrage que pour faire profiter de son expérience et venir en aide à tous ceux qui ont le malheur de connaître une situation de santé similaire ou comparable à ce qui fut la sienne. Et ce, tout en les encourageant vivement et par ailleurs à utiliser et à exploiter jusquau bout toutes les possibilités offertes par la médecine psychiatrique daujourdhui sans baisser les bras au moindre doute ou à la moindre rechute. Ils peuvent et ils doivent tout tenter pour guérir et se débarrasser de ce qui leur rend la vie impossible à eux comme à leurs proches.

Reprenant le concept d’idéo-dynamisme proposé par H. Bernheim, Émile Coué considère que toute idée qui se grave dans notre esprit tend à devenir une réalité dans l’ordre du possible. Si étant malade, nous nous imaginons que la guérison va se produire, celle-ci se produira si elle est possible. Cette imagination est en fait l’inconscient de l’individu conçu comme une ressource qu’il faut utiliser à bon escient en y répandant des idées positives. Chaque fois que volonté et imagination sont en lutte, c’est toujours l’imagination qui l’emporte, sans aucune exception. Il est possible d’influencer favorablement notre être inconscient par la suggestion, et de cette façon d’améliorer notre état tant physique que moral. L’imagination guidée de façon consciente permet de conditionner notre inconscient, et de faire ainsi pencher la balance du bon côté.

Cette conception est en lien direct avec l’effet placebo. La méthode d’Émile Coué est présentée dans son ouvrage La maîtrise de soi-même par l’autosuggestion consciente. Coué recourt pour cela à plusieurs expériences préliminaires avec son patient. Il s’agit en fait d’une hypnose classique et directive. Toutefois, Coué recevait ses patients en groupe, et ces séances collectives comportaient également des personnes guéries ou en cours de guérison venues remercier leur bienfaiteur, ce qui ne manquait pas d’impressionner les nouveaux-venus.

Et vous n’avez obtenu aucune amélioration ? Tout simplement parce que vous manquez de confiance en vous. Quand je vous dis que cela va mieux, cela va mieux, n’est ce pas ? Parce que vous croyez en moi.

This entry was posted in Religions et Spiritualités. Bookmark the permalink.