Métaphysique (Aristote): Aristote, Andronicos de Rhodes, Théologie, Catégories, De l’interprétation, Distinction entre acte et puissance, Quatre causes, Substance (Aristote) PDF

Très éloignée des sciences normatives comme l’éthique, la métaphysique est une science philosophique qui questionne d’abord l’existence des choses ou des événements tels qu’ils nous apparaissent, et qui tente ensuite de décrire et d’expliquer ce qui existe vraiment. Pour Kant  La métaphysique est la science qui contient les premiers fondements de ce que saisit le savoir humain. De nos jours, la métaphysique est une notion équivoque qui recouvre aussi bien métaphysique (Aristote): Aristote, Andronicos de Rhodes, Théologie, Catégories, De l’interprétation, Distinction entre acte et puissance, Quatre causes, Substance (Aristote) PDF science des réalités qui échappent aux sens que la connaissance de ce que les choses sont en elles-mêmes, indépendamment de nos représentations. On distingue habituellement ces deux versions de la métaphysique.


Ce contenu est une compilation d’articles de l’encyclopédie libre Wikipedia. La Métaphysique est un ensemble de quatorze livres écrits par Aristote réunis uniquement après sa mort, dont certains ont une authenticité douteuse. Le titre Métaphysique n »est pas d »Aristote lui-même, mais a été accollé par le bibliothécaire Andronicos de Rhodes, qui a rassemblé et organisé les livres. La Métaphysique constitue un des sommets de la philosophie de l’Antiquité et eut une influence fondamentale sur toute la métaphysique et philosophie postérieures. Aristote y développe notamment une science de l »Ãªtre en tant qu »Ãªtre, une ontologie et une théologie.

La première s’est développée dès l’Antiquité et le Moyen Âge, la seconde à partir de la période moderne. Andronicos de Rhodes vers 60 av. Loin des controverses sur la nature corporelle ou à la question de sa localisation, ayant mobilisé les premiers penseurs de l’âme comme Thalès, Héraclite ou Platon, Aristote est le premier à l’intégrer rationnellement dans son système métaphysique. Plus tard, la révolution cartésienne provoquera une nouvelle rupture entre l’âme et le corps obligeant à repenser le problème de leur union. Or il reste à expliquer comment des mouvements dans l’ordre matériel nous affectent directement et la possibilité d’un acte libre et volontaire. Aristote comme causa sui, cause ultime, premier moteur et principe premier de toute chose.

Descartes, dans ses Méditations Métaphysiques, peut dès lors affirmer l’existence d’un Dieu personnel, ultime garant de la conformité de la pensée avec les choses. Article détaillé : Vie après la mort. Il s’agit bien entendu de l’immortalité de l’âme qui, du strict point de vue métaphysique, dépend de savoir, comme vu plus haut, si l’on accorde ou non la substantialité à l’âme. Cette problématique relève actuellement de la théologie. Aristote qui s’interroge sur son statut ontologique, s’oppose au caractère séparé de l’idée que Platon professait.

Descartes va ordonner les idées et distinguer celles qui lui font le mieux connaître son esprit et le monde. L’idée de vérité appartient comme l’idée de chose ou de liberté au groupe des idées innées selon la doctrine innéiste. Heidegger et la question de la liberté, Raison et Réalité. Les philosophes ont bien noté que ce sentiment de liberté pourrait être le masque d’une sujétion inaperçue à la nature des choses. Parfois confondu avec l’ idée , le  concept  est une représentation générale de ce qui est commun à plusieurs objets. La métaphysique s’appuie en outre sur des opérateurs qui lui sont propres, tels les notions de substance et d’accident, de puissance et d’acte.

Le terme de catégorie apparaît chez Aristote, il désigne sous forme accusatoire ce qui relève d’une logique qui s’interroge sur le sens : quoi? Ces notions s’avéreront indispensables à la compréhension du  Devenir  et du  Mouvement . Article détaillé : Critique de la raison pure. Un jugement est analytique lorsqu’il se contente d’expliciter le contenu d’un concept. Kant supposera qu’il existe une troisième sorte de jugements, celle qui donne toute sa portée à sa  révolution copernicienne , les jugements synthétiques a priori. Cependant ce type de jugements sera remis en cause par le Cercle de Vienne et semble être aujourd’hui abandonné par une grande partie des philosophes. Articles connexes : Heidegger et le problème de l’espace et Heidegger et la question du temps.

This entry was posted in Cuisine et Vins. Bookmark the permalink.