Médecins sans frontières, sociologie d’une institution critique PDF

Consultation médicale à Tegucigalpa au Honduras en 2004. L’aide humanitaire est une aide d’urgence et ponctuelle mise en place lors d’une situation de crise exceptionnelle ou de catastrophe naturelle. L’aide humanitaire peut prendre diverses formes : don d’argent, envoi de marchandises et équipements de première nécessité, envoi médecins sans frontières, sociologie d’une institution critique PDF personnel faisant des interventions sur place, renforcement des acteurs locaux.


Médecins Sans Frontières est la première ONG d aide médicale d urgence internationale.
Ces french doctors se distinguent par une intense activité critique interne et externe.
Cette sociologie de MSF a pour objectif de comprendre comment ses acteurs ont institutionnalisé un ensemble de critiques, lesquelles et pour quels effets.

Ce livre donne des clefs de compréhension d une ONG centrale mais en définitive peu étudiée : ses missions fondatrices, ses techniques originales de projection, son positionnement dans les principales crises politiques et/ ou sanitaires depuis les années 70, le rôle de ses intellectuels et d une figure comme Rony Brauman, la gouvernance de cette (véritable) anarchie organisée et, plus largement, sa position d avant garde.

En réconciliant l institution et la critique, il propose surtout d analyser la vie terrestre de cette activité. C est banal mais c est l originalité de ce livre. Il éclaire les points aveugles d un sens commun savant faisant de la critique une pure affaire d idées arrachée à l ordinaire des rapports sociaux et de force « on ne peut être juge et partie ». Il démontre que cette pratique peut être comprise comme n importe quelle pratique. C est peut-être moins inquiétant qu il y paraît d un point de vue militant et c est indispensable de notre point de vue sociologique.
Croisant sociologie des relations internationales, du militantisme et de la critique tout en dialoguant avec la philosophie, ce livre s appuie sur des archives, entretiens et observations de type ethnographique issus d une enquête de terrain prolongée.

Les Organisations Internationales publiques, notamment celles dépendant de l’ONU, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires, et de l’Union européenne, etc. L’aide humanitaire est souvent confondue ou reliée avec l’aide au développement. Toutefois, d’après Bodineau, alors que la dernière est axée sur le moyen ou long terme, la première a une temporalité du court terme et dans l’urgence. Depuis les années 1990, en lien notamment avec l’effondrement du bloc soviétique et la globalisation, selon Atlani-Duault, les règles définissant l’humanitaire et le développement changent profondément. Selon un rapport de l’ONU publié en 2014, le nombre d’humanitaires victimes d’incidents s’est fortement accru en 2013 avec 460 cas contre 274 pour l’année 2012. Parmi ces victimes, il y a eu, 155 personnes tuées, 171 blessées et 134 kidnappées. L’aide humanitaire peut être abordée comme un sujet d’études anthropologiques.

La plupart des études sur l’anthropologie de l’humanitaire relèvent le caractère politique, voire militaire, des interventions humanitaires. Ce champ disciplinaire défait l’idée d’une certaine neutralité des organisations humanitaires, sans pour autant chercher à les déstabiliser. Faire ressortir l’historicité de la pensée humanitaire occidentale est une des stratégies utilisées pour ce faire. Les Causes perdues de Jean-Christophe Rufin est un roman qui plonge au cœur de l’action humanitaire et la démythifie en partie en présentant un lieu de querelles internes et objet de manipulations politiques. Joachim Lafosse et inspiré de l’affaire de L’Arche de Zoé, présente le parcours des membres de l’ONG Move for Kids de leur arrivée au Tchad jusqu’à leur arrestation.

Fernando León de Aranoa et sorti en 2015. L’idéologie humanitaire ou Le spectacle de l’altérité perdue, Paris, L’Harmattan, 2000, 178 p. De Saint Vincent de Paul aux French doctors. Les Ambiguïtés de l’humanitaire, Panoramiques, Seuil, 1er trim.

Histoire, enjeux contemporains et perspectives , in L. Anthropologie de l’aide humanitaire et du développement : des pratiques aux savoirs, des savoirs aux pratiques, Paris, Armand Colin, p. Sur les prétentions hégémoniques des classes moyennes, Agone, coll. Moral entrepreneurs’, souverainetés mouvantes et barbelés  , Anthropologie et Sociétés, vol. Identités et handicaps : Circuits humanitaires et posthumanitaires.

Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 27 janvier 2019 à 22:49. Assemblée nationale a inscrit à son programme de travail, à la demande du groupe Les Républicains, une évaluation de l’action de l’État dans l’exercice de trois de ses missions centrales en Seine-Saint-Denis. C’est la première fois dans l’histoire parlementaire qu’une mission d’évaluation est réalisée sur un territoire donné. Il est en effet très vite apparu qu’une approche territorialisée de l’évaluation permet de rendre compte, de manière fine, des spécificités d’un territoire et de l’adéquation des moyens d’action de la puissance publique à ces mêmes spécificités. Les territoires, terreaux des politiques publiques, ont fait l’objet, sous tous les gouvernements successifs, de nombreux plans d’actions et de stratégies. Le choix de la Seine-Saint-Denis pour cette première évaluation parlementaire territorialisée s’est imposé comme une évidence.

Le département de la Seine-Saint-Denis est le seul territoire de France que l’on désigne plus volontiers par son identifiant numérologique que par son véritable nom : le 9-3. Comme si deux chiffres pouvaient résumer la complexité de ce territoire. Ce département, contrasté et si souvent stigmatisé, fait office de véritable laboratoire d’étude au regard de son dynamisme et de toutes les problématiques qu’il concentre, et des nombreux efforts impulsés par les politiques publiques pour y remédier. Les rapporteurs ont retenu trois politiques d’évaluation : l’éducation, la sécurité et la justice. L’évaluation croisée de ces trois domaines d’intervention de l’État permet de faire un état des lieux sur un territoire donné des atouts et des failles de l’action publique propre à chaque politique publique, tout en en soulignant les problématiques communes et les propositions d’amélioration qui en découlent. Au regard de la complexité du territoire, de la vitesse à laquelle il évolue et de la nécessité d’en avoir une compréhension globale, le présent rapport ne peut néanmoins faire l’économie d’un examen des problématiques auxquelles la Seine-Saint-Denis est confrontée, en dehors de l’éducation, de la sécurité et de la justice. On ne trouvera donc pas dans ce rapport un bilan détaillé des trois politiques publiques précitées en Seine-Saint-Denis.

L’objectif est tout autre : à travers trois politiques publiques en Seine-Saint-Denis, il s’agit en fait de s’interroger sur l’efficacité de l’action de l’État. Pour mener cette première évaluation territorialisée, les rapporteurs ont tenu à entendre un grand nombre d’acteurs de terrain, afin de récolter des témoignages concrets des forces et des faiblesses de l’action de l’État en Seine-Saint-Denis. 121 acteurs ont été auditionnés par les rapporteurs. Ces acteurs comprennent à la fois des responsables de terrain dans les trois domaines d’études, des anciens responsables, des chercheurs et des experts. Les rapporteurs tiennent à remercier l’ensemble des acteurs qui ont accepté de leur faire part de leur expérience et de leurs recommandations pour améliorer l’action de l’État en Seine-Saint-Denis, ainsi que ceux qui ont spontanément adressé une contribution écrite.

Département jeune, la Seine-Saint-Denis a été créée par la loi du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne qui a supprimé les trois départements de la Seine pour donner naissance à sept nouveaux départements dans la région Île-de-France. Sur le plan économique, la Seine-Saint-Denis est le nouvel eldorado des grands groupes industriels et de services qui y localisent leur siège social : SNCF, VEOLIA, SFR, GENERALI, BNP PARIBAS, DARTY, UBISOFT. La proximité de la capitale et de l’aéroport de Roissy, le réseau de transports en commun en plein développement alliés à un foncier abordable expliquent cette dynamique économique. Ce dynamisme démographique, économique et culturel ne saurait pourtant faire oublier les difficultés du territoire et de ses habitants. Seine-Saint-Denis cumule les difficultés économiques, familiales et culturelles, et présente, de ce fait, les risques d’échec scolaire les plus élevés. La population de Seine-Saint-Denis dispose du plus faible niveau de vie de la France métropolitaine.

This entry was posted in Droit. Bookmark the permalink.