Les sciences cognitives : une introduction PDF

I – INTRODUCTION Les épendymomes intra-crâniens sont des tumeurs dérivées des cellules épendymaires. Ils appartiennent donc au groupe des tumeurs gliales. Les tumeurs gliales représentent environ la moitié des les sciences cognitives : une introduction PDF cérébrales.


Les tumeurs développées aux dépens des autres dérivés de l’épendyme, telles que les tumeurs des plexus choroïdes, sont exclues du groupe des épendymomes intra-crâniens. Par contre, les astrocytomes sub-épendymaires ou sub-épendymomes seront étudiées dans ce groupe. L’origine épendymaire implique généralement une localisation intra-ventriculaire sus ou sous-tentorielle encore que des formes intra-parenchymateuses aient été décrites. Outre les problèmes d’exérèse posés par leur localisation, les épendymomes intra-crâniens ont un pronostic difficile à cerner en raison du risque de récidive ou de greffe neurologique à distance du foyer initial. II – ANATOMOPATHOLOGIE C’est à la fin du XIXe siècle qu’ont été faites les premières descriptions histologiques des épendymomes mais c’est BAILEY ET CUSHING qui en 1926 les classent parmi les tumeurs gliales.

L’épendyme normal est formé par un revêtement épithélial et une couche sous-épendymaire. Le révêtement épithélial unistratifié est composé de cellules cubiques ou cylindriques. La couche sous-épendymaire comprend deux éléments, une couche paucicellulaire située immédiatement sous l’épendyme puis la couche des cellules gliales composée d’astrocytes sous-épendymaires. Les tumeurs développées à partir de l’épendyme sont composées, dans les formes typiques, de cellules fusiformes ou polygonales au cytoplasme éosinophile. 1 – les pseudo-rosettes périvasculaires : les cellules tumorales s’insérent sur la paroi vasculaire et leur noyau est rejeté en périphérie.

This entry was posted in Sports et passions. Bookmark the permalink.