Les frontières mondialisées PDF

Les anarchistes sont contre toute domination, y compris celle des humains sur la nature. Nous devrions plutôt penser à aider notre environnement pour qu’il puisse survivre malgré notre présence. Les développements de l’humanité les frontières mondialisées PDF lient de la manière la plus intime avec la nature environnante.


La question des frontières est d’une actualité souvent brûlante, qu’il s’agisse des pourtours de l’Europe, de la mise sous observation de zones transfrontalières perçues comme dangereuses, du contrôle des migrants ou de l’érection de murs. Il apparaît alors crucial d’étudier les processus contemporains de mise à distance, mais aussi de durcissement des frontières, au sein d’un monde globalisé en les reliant avec les expériences passées de constructions impériales et nationales et de marquage spatial de la souveraineté. Différentes dimensions de la frontière mondialisée se distinguent alors : l’espace de violence et de contrôle, la disparition et réapparition de «zones grises» dans l’interstice des Etats, la frontière comme ressource politique, identitaire et économique.

La cascade d’assassinats politiques ne déboucha jamais sur un élargissement politique de la révolte. Les thèmes du livre : La liberté, Le pouvoir, Le vote, L’individu, Le collectif, La révolution, La violence, La non-violence, L’argent, La consommation, L’écologie, L’éducation, L’abolition des frontières, La science, La folie, L’illégalité. Ce qu’aucun de nous n’avait prédit à la naissance du Web, c’est qu’il deviendrait un instrument d’exacerbation de l’égocentrisme et du narcissisme. La plupart des créateurs de contenu parlent aujourd’hui, non pas d’idées ou d’informations, mais d’eux-mêmes. Aux travaux du CERN tentant de percer les premiers instants de l’Univers il y a 13,7 milliards d’années on oppose désormais le créationnisme. Aux photos de la planète Terre on oppose une croyance prosélytique en sa platitude.

Les voilà devenues interchangeables : elles sont réduites au terme générique d’ idée . De même que le Web a amplifié, au cours des trente dernières années, les tendances obscurantistes, il pourrait demain, si les Lumières revenaient, amplifier les progrès de la conscience et de l’intelligence de l’humanité. Nous retrouverions alors la primauté du civisme sur l’individualisme, de l’altruisme sur l’égocentrisme, du savoir sur les croyances. Il y a peu de choses à rajouter à ce constat sans appel des effet pervers d’une technique jugée au départ libératrice. L’imprimerie de Gutenberg a été un progrès formidable pour propager par l’écrit les idées. Tout au contraire les climato-sceptiques se foutent complètement des analyses scientifiques du GIEC et les Gilets jaunes refusent la taxe carbone alors que nous avons dépassé le pic du pétrole conventionnel. Cela permet de dépasser ses préjugés culturels, de chercher une vérité qui se dérobe, d’être à l’écoute des autres, de s’appuyer sur beaucoup de sources d’information différentes, de savoir peaufiner ses propres raisonnements, d’être un lecteur régulier de ce blog biosphere, etc.

This entry was posted in Droit. Bookmark the permalink.