Les drogues: « Que sais-je ? » n° 1514 PDF

De l’opium s’écoule d’incisions sur une capsule les drogues: « Que sais-je ? » n° 1514 PDF pavot. Les principales zones de production d’opium. L’opium est le latex qu’exsude le pavot somnifère. Il est récolté en le laissant couler le long d’incisions sur la capsule de la plante, après perte des fleurs.


De tout temps, les hommes ont cherché à consommer des « drogues » pour améliorer leurs performances, pour ne pas souffrir ou au contraire avoir du plaisir. Cette réalité complexe exclut le rêve utopique d’une société sans drogues. Cet ouvrage propose une synthèse des données essentielles sur les produits, les usages, leurs effets, les risques, donne des clefs pour comprendre l’histoire des drogues ainsi que les politiques publiques mises en œuvre aux niveaux mondial, européen et national.

Coolies chinois fumeurs d’opium à Londres en 1874. Fumerie d’opium à Pékin, en Chine vers 1896. On fume l’opium surtout dans les tabagies, qui ont pour enseigne des feuilles de papier bruni de fumée d’opium, collées sur le mur ou sur la porte. On ne le fume que couché. Les Sumériens connaissaient déjà les effets de l’opium comme en témoignent des tablettes gravées datant de 3000 ans av.

L’image de la capsule du pavot, un enthéogène, fut un attribut des dieux, bien avant que l’opium soit extrait de son latex laiteux. L’opium a été un objet de commerce pendant des siècles pour ses effets sédatifs. Chine fait état d’un phénomène de consommation abusive, et en 1729 l’empereur de Chine interdit – sans résultat – les importations d’opium. Chine depuis l’Inde, particulièrement par les Britanniques, est à l’origine des guerres de l’opium. L’opium fut d’abord à l’usage exclusif des mandarins, qui le fumaient pour se donner du ton.

Ils en offraient à ceux qui leur rendaient visite, comme une curiosité, pour leur faire honneur, et ceux-ci n’osaient leur refuser. L’opium est réglementé par la Convention internationale de l’opium de 1912 qui est progressivement adaptée dans les réglementations nationales comme la loi de taxation des narcotiques Harrison de 1914 aux États-Unis. Elle rejoint et active des récepteurs µ-opioïdes dans le cerveau, la moelle épinière et le ventre. Une consommation régulière ou excessive, même pour peu de temps, mène à une tolérance et, en cas d’usage prolongé, à une dépendance physique, présentant un syndrome de sevrage caractéristique quand le dosage est brutalement réduit ou interrompu. Il peut être utilisé dans la forme d’élixir parégorique pour traiter la diarrhée.

Les graines de pavot ont par contre bien moins d’effet quand elles sont fumées en cigarette, à cause de la faible proportion en alcaloïdes morphiniques qu’elles contiennent. Sa consommation induit un myosis, une baisse de l’amplitude respiratoire, une hypotension et peut provoquer des nausées ou des vomissements. L’opium permet également la production légale de morphine et de codéine. Il permet aussi la production illégale d’héroïne et les abus de drogue viennent davantage de ses dérivés que de l’opium proprement dit.

C’est de ce latex, une fois séché, que l’on extrait la morphine qui sert de base à l’héroïne. L’héroïne se présente sous la forme d’une poudre blanche ou brune. Le chandoo est différent de l’opium brut. L’opium brut, qui se présente à l’origine sous forme de boules recouvertes de feuilles de bananiers, est tout d’abord coupé et débarrassé des couches intérieures et extérieures. Ces couches seront traitées séparément avant d’être réintégrées dans la préparation principale.

L’opium est tout d’abord dissout dans de grandes bassines remplies d’eau, filtré, puis chauffé à la vapeur d’eau jusqu’à réduction du mélange. Une fois la consistance désirée obtenue, le produit est réparti, sur une épaisseur constante de quelques centimètres, dans une bassine métallique. La substance, à ce stade doit être à juste température, ni trop liquide, ni trop solide. La bassine est retournée sur un feu de cendres en prenant soin d’obtenir une répartition égale de la chaleur.

This entry was posted in Adolescents. Bookmark the permalink.