Les deux amours de Pamela PDF

Goldoni, Milan, Museo Teatrale alla Scala. Ses parents l’ayant envoyé débuter des études de les deux amours de Pamela PDF à Rimini, en 1719-1720, Carlo Goldoni abandonne cette voie, quitte le collège pour accompagner une troupe de comédiens ambulants, fugue brièvement, mais revient à Venise. En 1722, son oncle Paolo Indrich, procureur à Venise, l’incite à apprendre le droit. En 1723, son père l’inscrit à l’austère Collegio Ghislieri de Pavie, qui impose la tonsure et l’habit monastique aux étudiants.


 » Ah ! mourir, songe Pamela, et se laisser aller, toute pâle et vêtue de velours noir, à une maladie de langueur !  » Non, au XXe siècle, il y a tant d’autres choses utiles à faire. Courir après ces maudits nazis, par exemple. Profitant d’une alerte, ils ont assassiné son oncle, ministre de la Propagande, pour lui voler ses documents secrets. Et puis, c’est décidé, elle sauvera la carrière de Peter Flacton en l’épousant, puisque Tim, le seul homme qu’elle ait jamais aimé, l’a abandonnée… Tim, canadien comme elle, si gai, si charmant, si insouciant… Peter Flacton, lui, c’est la caricature exaspérante de l’Anglais flegmatique, réservé, guindé. Tout ce qu’elle déteste. Enfin, tout ce qu’elle détestait…

Il étudie à Udine puis à Modène, pour exercer une carrière d’avocat à Chioggia, puis à Feltre. Il revient dans sa ville natale de Venise où il réussit professionnellement comme avocat, jusqu’en 1727. Il abandonne en effet peu à peu sa carrière de juriste pour s’occuper de théâtre et écrire des pièces. En 1732, après la mort de son père et pour échapper à un mariage qu’il ne désire pas, il part pour Milan, puis pour Vérone. Sa première œuvre est une tragédie, Amalasunta, représentée sans succès à Milan : Goldoni accepte les critiques et, évoluant vers le drame italien en délaissant les règles d’Aristote, il fait jouer avec plus de succès Belisario en 1734. Il écrit ensuite plusieurs tragédies, mais il se rend vite compte que sa vraie voie est celle de la comédie. Il combine plusieurs influences, dont celle de la commedia dell’Arte et de Molière, et produit sa première œuvre véritable en 1738 avec L’uomo di mondo.

Il ne cesse alors d’écrire tout en parcourant l’Italie. Installé enfin à Venise, il collabore pour deux opéras avec Antonio Vivaldi, est nommé directeur du teatro Sant’Angelo, dont il devient l’auteur attitré, et abandonne définitivement le barreau. En 1757, une polémique l’oppose au traditionalisme de Carlo Gozzi. Arte, que Goldoni cherche à dépasser. Ces querelles incessantes ainsi que l’état précaire de ses finances, l’incitent à accepter, en 1761, l’invitation d’Antonio Zanuzzi et plus largement des Comédiens-Italiens.

Goldoni mène aussi l’ambitieux projet de diriger le Théâtre-italien de Paris. Cependant, les comédiens italiens ne lui offraient pas de diriger leur troupe mais de leur fournir des pièces pour renouveler leur répertoire. En 1762, il gagne la France. Adopté à la cour, où il enseigne l’italien aux princesses royales, et nommé à la tête du Théâtre-Italien à Paris, il écrit la plupart de ses pièces en français.

Pendant plusieurs années, de 1784 à 1787, il écrit en français ses Mémoires pour servir à l’histoire de ma vie et celle du théâtre. Le roi lui accorde une pension. Il a su garder le dynamisme de la commedia dell’arte et le jeu des masques en les associant à la comédie d’intrigue et en recherchant un certain réalisme dans la représentation des comportements. Il se proclamait toujours admirateur de Molière, tout en reconnaissant ne pouvoir égaler son génie. Il s’en différencie cependant par la légèreté des thèmes et par l’absence de pessimisme. Son œuvre est en effet marquée par sa confiance dans l’homme, et son approche humaniste défend les valeurs de l’honnêteté, de l’honneur, de la civilité et de la rationalité.

Les personnages qu’il a créés ne sont ni des abstractions vertueuses, ni des monstres immoraux, mais des représentants ordinaires du peuple et de la bourgeoisie. Ce regard amusé et moqueur sur les classes sociales dans un monde changeant fait toujours le charme de ses comédies, qui s’inscrivent aussi dans le courant des Lumières en luttant contre l’intolérance et les abus de pouvoir. Les pièces italiennes sont écrites en toscan littéraire, à la base de l’italien moderne, ou en dialecte vénitien, selon les moments et les lieux où elles ont été écrites. Les pièces de Goldoni sont toujours régulièrement jouées aujourd’hui par de nombreuses troupes. Un théâtre de Venise porte aujourd’hui le nom de Teatro Carlo Goldoni.

Il existe depuis 1994 une place Goldoni dans le 2e arrondissement de Paris, proche de la maison où il mourut, dont l’adresse actuelle est le 21, rue Dussoubs. Nuovo teatro comico, Venise, Appresso F. Fiche sur le site du théâtre de l’Odéon. Les chefs-d’œuvre dramatiques de Charles Goldoni, trad. Daniel Dancourt, Goldoni, collection « Qui suis-je? Pérette-Cécile Buffaria,  Mettre en scène, évoquer ou analyser le  Molière italien  ?

Per Marziano Guglielminetti dagli amici di Francia, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2008. L’imprésario de Smyrne, bilingue italien-français, édition et traduction par Jean-Philippe Navarre, Les Presses du Collège Musical, 2016. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 23 décembre 2018 à 23:38. En raison de l’accès limité au réseau Internet, le projet avance lentement. 1980, toutefois, la communauté bénéficie d’un accès régulier à Internet, et le rythme de croissance des publications s’accélère. Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but lucratif visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne.

En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page. Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjà publiés, au sein d’un point d’accès unique. En 1995, Jeff Bezos crée Amazon. La presse, dans son sens large, commence alors à se mettre en ligne.

This entry was posted in Sports et passions. Bookmark the permalink.