Les dessins de Henri Henriot dans L’Illustration et l’Histoire de la Premiere Guerre Mondiale PDF

L’Illustration est un magazine hebdomadaire français publié de 1843 à 1944, puis, de 1945 à 1955 sous le nom de France Illustration. Il connut les dessins de Henri Henriot dans L’Illustration et l’Histoire de la Premiere Guerre Mondiale PDF 293 numéros, constituant 180 000 pages environ.


Henri Henriot, collaborateur du journal L Illustration entre 1890 et 1933, a laissé à la postérité d innombrables dessins. Ils constituent une source documentaire d un grand intérêt pour les historiens en particulier pour l étude de la première guerre mondiale. Les dimensions de ce conflit « la Grande Guerre », la vie au front et surtout à l arrière, sont présentés avec beaucoup d humour (malgré le contexte de guerre et de mort) et aussi de virulence « antiboche »… Sa représentation, sa vision des belligérants est celle de ses contemporains… L’illustration Multimédias assure la conservation et la préservation du fond de L’Illustration classé par l’État Français Trésor National. Couverture : Crédits photographiques © L’Illustration Multimédias

Une de l’édition du 8 mai 1858 : Don Pedro II , roi du Portugal, et son épouse née princesse de Hohenzollern. Mais c’est Paulin qui prendra l’ascendant. Le premier numéro paraît le 4 mars 1843 au prix de 75 centimes pour 16 pages au format grand folio, deux fois plus cher qu’un hebdomadaire classique, et vise un lectorat bourgeois éclairé ou  libéral . Jean Auguste Marc, un illustrateur et manufacturier originaire de Metz, et dont la famille va diriger le journal jusqu’en 1903. Par leur action à la tête de L’Illustration, Dubochet, cousin de Töpffer, et Paulin, rénovent l’approche journalistique : rechercher l’information à sa source, envoyer des correspondants ou faire appel à la collaboration des lecteurs comme source événementielle, avec l’impartialité comme objectif. La garde-barrière, publiée le 25 juillet 1891.

Les premières tentatives de  photogravure  dans L’Illustration remontent à 1883 à partir de photographies de tableaux d’artistes, suivies par des reproductions adoptant le procédé Gillot. En dépit de mention comme  d’après une photographie instantanée , le traitement de l’image offert au lecteur induit un travail de mise en scène. Félix Juven, Pierre Lafitte, Hachette, etc. Après la brève direction de Victor Depaëpe, L’Illustration devient en mars 1904 la propriété de la famille Baschet. La qualité, la recherche du beau, l’excellence, et la rentabilité deviennent le fil conducteur de l’action des Baschet aux commandes du journal.

De 1843 à 1859, sur une moyenne de 20 000 images imprimées, 215 sont des gravures  d’après photographies . Les choses évoluent à partir des années 1892-1898, grâce aux procédés techniques de reproduction photographique, mais c’est sous la Première Guerre mondiale que le médium photo finit par se généraliser. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Dès 1905, L’Illustration devient le premier magazine français, mais aussi du monde. Cette même année, pour susciter l’enthousiasme en faveur de l’aviation militaire, L’Illustration offre à l’armée française un monoplan commandé à la maison Blériot. En 1912, l’Armée française et le ministre de la Guerre Messimy confient à Georges Scott, dessinateur star de L’Illustration, une étude sur les modifications à apporter aux tenues militaires, du double point de vue de la commodité et de l’élégance militaire. La mode, Le Jardin, L’Enfant, L’automobile, L’automobile et le tourisme, L’aviation, Les chemins de fer, La guerre civile espagnole, Paris, etc.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.