Les conflits identitaires PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Un conflit ou les conflits identitaires PDF conflictuelle est la constatation d’une opposition entre personnes ou entités.


Le fait de ne pas être d’accord avec des idées ne caractérise pas forcément une situation de conflit. Au sens strict, un conflit est un contentieux sur un ou des points de droit. On entend par conflit, au sens profond ou authentique du terme, l’affrontement de deux ou plusieurs volontés individuelles ou collectives qui manifestent les unes à l’égard des autres une intention hostile et une volonté d’agression, à cause d’un droit à retrouver ou à maintenir. Le terme de conflit est aussi utilisé au sens figuré ou métaphorique. On parlera ainsi de conflit de devoirs, de conflit d’horaires ou encore de conflits d’intérêts. On pense souvent que le conflit entre des personnes est une  mauvaise  relation. Cependant, le conflit est souvent vécu dans la souffrance et, contrairement à la bonne entente, il empêche la relation de progresser et d’être productive et les partenaires de s’épanouir.

C’est pourquoi il est souvent nécessaire de le réguler et de le résoudre. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Le conflit qu’une personne subit en elle peut lui permettre d’accéder à un changement qui la satisfera au point qu’elle n’aura aucun regret quant à la situation antérieure. Mais il peut aussi provoquer des états tels que la personne en viendra à l’automutilation, voire au suicide si elle considère qu’elle n’a pas d’autre solution. Ce sont les conflits internes qu’un sujet peut éprouver: désirs contradictoires, ambivalence des sentiments etc. On parle alors de conflit psychique, lequel n’est pas nécessairement de nature pathologique. Chacun d’entre nous vit à des degrés divers ce type de conflit interne qui participe de la structuration profonde de notre personnalité.

Ainsi, un conflit peut déchirer une personne en elle-même. La confrontation à l’inconnu, la perte d’un être cher, par décès ou abandon, peut provoquer un état conflictuel. Un conflit entre des personnes apparaît lorsque des parties s’affrontent. Ici le conflit implique la relation de deux personnes au moins.

Dans ces cas l’appartenance à un groupe précis n’est pas déterminante. Nous retrouvons ainsi dans les conflits tout ce qui chez l’Homme peut être considéré comme passion. La surenchère critique voire insultante précède souvent des actes de violence. Cette surenchère est manifeste d’un blocage de l’empathie naturelle. Les raisons des conflits intra-groupe sont nombreuses et variées.

Dans un groupe constitué, par exemple le service commercial d’une entreprise, les conflits peuvent relever de diverses causes : luttes de pouvoir, conflits structurels dus à l’inégale distribution des ressources selon les fonctions, ancienneté, etc. Néanmoins, dans certaines communautés, le conflit fait partie intégrante du groupe. Elle en est même l’élément central. On peut prendre le cas des communautés de joueurs de jeux vidéo où l’objectif est de créer une rivalité au sein du jeu afin d’embellir l’expérience de jeux. Cela permet ainsi d’avoir des confrontations virtuelles comparables aux rencontres sportives. On peut alors parler de conflit légitime car il y a consenti des joueurs.

Entre des groupes ethniques ou raciaux par exemple, des conflits armés ou une lutte intellectuelle idéologique ayant ou non recours à la violence pour des raisons de droits, de pratique de l’ensemble des principes et coutumes d’une religion, ou pour la suprématie de celle-ci. Deux principales sources de conflits inter-groupes ont été identifiées :  la compétition pour les ressources matérielles précieuses, selon la théorie du conflit réaliste, ou pour les récompenses sociales comme le respect et l’estime comme décrit dans la théorie de la frustration relative . Dominique Picard, Edmond Marc, Petit traité des conflits ordinaires, Le Seuil, p. A multilevel view of intragroup conflict. Task versus relationship conflict, team performance, and team member satisfaction: A meta-analysis. Journal of Applied Psychology, 88, 741-749. A multimethod examination of the benefits and detriments of intragroup conflict.

Don’t take it personally: Exploring cognitive conflict as a mediator of affective conflict. Journal of Management Studies, 44, 733-758. The effects of top management team size and interaction norms on cognitive and affective conflict. Surface- and deep-level diversity in workgroups: Examining the moderating effects of team orientation and team process on relationship conflict.

Journal of Organizational Behavior, 25, 1015-1039. Exploring the black box: An analysis of work group diversity, conflict and performance. Information sharing and group conflict: Going beyond decision making to understand the effects of information sharing on group performance. The International Journal of Conflict Management, 15, 381-410.

A theory of cooperation and competition. Jean-Luc Boilleau, Conflit et lien social. Dominique Picard et Edmond Marc, Les conflits relationnels, Que sais-je ? Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 11 décembre 2018 à 15:50. Soldats estoniens de la coalition internationale en Irak en train d’effectuer une patrouille dans les rues de Bagdad en février 2005. Irak, qui a confronté les Occidentaux à une opposition difficile à débusquer puisque mêlée à la population la plupart du temps.

Marines américains entraînés au maintien de l’ordre par la gendarmerie française en décembre 2014. Les militaires engagés dans des opérations de guerre asymétrique doivent souvent réagir à des mouvements de foules. D’une façon générale, une guerre asymétrique est une guerre du faible au fort, avec une cible collatérale faible et sans défense, comme le fils pour le père ou la population et l’administration civile pour une autorité contestée avec ses forces policières et militaires. Ce qui la différencie d’une guerre dissymétrique, du fort au faible, avec des cibles militaires dans des opérations militaires. La guerre asymétrique est mieux représentée par le couple terrorisme et propagande. Les guerres asymétriques ne sont pas forcément délimitées à la surface d’un État, mais peuvent englober le monde entier, partout où le pays visé est représenté. Le phénomène des conflits asymétriques serait moins lié à la distinction des guerres entre États et autres puissances que par le recours au relais médiatique de l’un des acteurs du conflit.

This entry was posted in Sports et passions. Bookmark the permalink.