Les Caves du Vatican d’Andre Gide PDF

Construit avec minutie, ce roman multiplie les personnages, les Caves du Vatican d’Andre Gide PDF de vue narratifs et intrigues secondaires diverses autour d’une histoire centrale. Par la liberté de l’écriture et la multiplicité des angles de vue, Gide se détache de la tradition littéraire du roman linéaire.


En 1950, ce roman fut inclus dans la liste du Grand prix des Meilleurs romans du demi-siècle. L’homosexualité est au centre de l’action, que ce soit la rivalité entre les deux écrivains Robert et Édouard, l’enlèvement d’Olivier ou l’attirance des jeunes gens pour leurs aînés, qui permet de montrer une application pratique de la théorie exposée en 1924 dans Corydon, et à nouveau l’année suivante dans Si le grain ne meurt. Ce roman est difficile à résumer car les intrigues et personnages sont multiples et s’enchevêtrent les uns les autres. Toutefois, il est possible de dégager une histoire centrale autour de trois personnages, et plusieurs intrigues secondaires qui partent ou reviennent de l’histoire centrale. L’histoire centrale est celle de trois personnages, Bernard et Olivier, deux amis lycéens ainsi qu’Édouard, oncle d’Olivier et écrivain désireux de créer un roman unique et innovant. Bernard, qui est sur le point de passer son baccalauréat, tombe par hasard sur des lettres d’amour adressées à sa mère et découvre qu’il est le fruit d’un amour interdit entre cette dernière et un amant de passage.

Il en conçoit un profond mépris pour l’homme qui l’a élevé sans être son géniteur et qu’il pense alors n’avoir jamais aimé. Pourtant, ce père adoptif, Albéric Profitendieu, a malgré lui une préférence pour celui-ci parmi ses autres enfants. Le récit enthousiaste qu’il fait à son ami Olivier rend celui-ci terriblement jaloux et par dépit, celui-ci se laisse séduire par le comte de Passavant, écrivain à la mode, riche, dandy et amateur de garçons mais également cynique et manipulateur. Il convoitait le garçon depuis un moment et profite de ses états d’âme pour se l’accaparer.

L’influence du comte sur le garçon est pernicieuse : Olivier devient mauvais, brutal, détestable même aux yeux de ses meilleurs amis. Lâchement, il abandonne ses responsabilités pour se perdre auprès de lady Griffith, amie du comte de Passavant mais plus cynique encore. Un témoignage de seconde main laisse entendre qu’il a finalement tué sa maîtresse. Olivier, Georges, jeune garçon calculateur qui n’a pas froid aux yeux et vire à la délinquance, manipulé par un sous-fifre du comte de Passavant.

Olivier, Armand, désabusé et dépressif, qui vire au nihilisme absolu dans ses attitudes et ses idées. Il finit par trouver sa voie auprès du cynisme du comte de Passavant. Boris, le petit-fils de l’organiste, jeune enfant fragile rencontré dans un sanatorium en montagne par Édouard et Bernard est ramené à Paris afin de l’éloigner de la maladie de Bronja, fille de sa doctoresse, qu’il vénère, mais aussi de ses penchants à la masturbation avec ses petits amis, attitude jugée honteuse et maladive à cette époque. Par ailleurs, le roman est construit sur une mise en abyme puisque l’oncle Édouard, écrivain, est présenté en train d’écrire un roman intitulé Les Faux-Monnayeurs, dans lequel il cherche à s’éloigner de la réalité, et qui a pour personnage principal un romancier.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.