Les Années orphelines (1968-1978) PDF

Un an après sa naissance, sa mère se lie avec Georges Bataille, suscitant le désespoir de son père qu’elle quitte bientôt, emportant l’enfant. Rollin mais qui ne les Années orphelines (1968-1978) PDF jamais le jour. C’est en 1968 que Jean Rollin réalise son premier long métrage, Le Viol du vampire. Devant le scandale, Rollin songe un moment à abandonner le cinéma, mais il se ravise et décide de poursuivre sa carrière.


Cet ouvrage est une réédition numérique d’un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d’origine.

1975 avec Jean-Loup Philippe et Annie Belle. Malheureusement, eux aussi ne récoltent que l’échec. Franca Maï et Brigitte Lahaie dans l’un de ses premiers grands rôles dans le cinéma traditionnel. Après 1985, Jean Rollin devient de plus en plus discret. En 1994, il codirige pour Marc Dorcel Le Parfum de Mathilde – toujours sans être crédité – un film érotique avec Draghixa et Julia Channel. Cependant, passé 1995, il décide de revenir au cinéma. En 2007, après une nouvelle période de silence, il tourne avec Ovidie La Nuit des horloges, sorte de rétrospective de ses films les plus personnels, un peu à la manière de La Table tournante de Paul Grimault.

Il est inhumé dans la division 27 du cimetière du Père-Lachaise. 1999 : Vampires and Virgins: The Films of Jean Rollin, épisode de la série Eurotika! 2011 : Jean Rollin, Le rêveur égaré, de Damien Dupont et Yvan Pierre-Kaiser. Une petite fille magique, éditions Les Cahiers du Schibboleth, collection « L’hors du temps », Bègles, 1988. La cabriole a disparu, Liv’Éditions, collection « Letavia jeunesse », 1997.

Monseigneur Rat, Sortilèges, Les Belles lettres, 1998. La Statue de chair, Sortilèges, 1998. Cauchemar d’anniversaire, Rafael de Surtis, 1998. Précédés de quelques souvenirs sur Georges Bataille, Maurice Blanchot et Michel Fardoulis-Lagrange, Paris, Éditions Mirandole, 1998. La Promeneuse, Les Belles Lettres, 1999.

This entry was posted in Religions et Spiritualités. Bookmark the permalink.