Le tourisme dans le monde PDF

Peut-être avez-vous remarqué le retour du non-style: jeans délavés, le tourisme dans le monde PDF et baskets lâches. Derrière cela se cache un concept. Une des images représentatives du «normcore», tel que publié dans le NY Mag.


Cet ouvrage, clair et actualisé, met en avant l’originalité d’un secteur très sensible à la conjoncture internationale, mais qui est toujours le premier à se relever, jouant ainsi un rôle d’entraînement, parfois méconnu ou sous-estimé.

A force de chercher la singularité, ils ont atteint une nouvelle frontière. Un horizon lointain, totalement exotique: la normalité. Ainsi est le normcore, une esthétique de la normalité, un refus apparent de la mode au nom d’un retour à l’âge pré-adolescent où le vêtement n’était pas encore un enjeu social. Le normcore, c’est la distinction hipster qui devient indistinctive. Le normcore a explosé à la face du monde à l’occasion d’un article du New York Mag publié le 26 février.

La journaliste Fiona Duncan part d’un constat troublant: l’été dernier, en se baladant dans Soho, elle ne pouvait plus distinguer les jeunes branchés des touristes de la classe moyenne américaine. Les deux sont habillés pareils, dans un parfait non-style: jeans délavés, polaires et baskets lâches. Cette «fadeur stylisée» et «consciente d’elle-même», c’est le normcore. Jerry Seinfeld et Steve Jobs deviennent subitement des icônes de mode, et François Hollande lui-même peut entretenir quelque espoir.

Les grosses polaires Patagonia, les New Balance les plus banales, les chaussettes de tennis blanches Nike et les sandales Birkenstock retrouvent une place dans les magazines de mode. Dans la foulée de l’article du New York Mag, le magazine GQ publie les 10 essentiels du normcore. Le Guardian s’interroge: est-ce la future grande mode? 27 Février 2014Un buzzword est né.

This entry was posted in Romance et littérature sentimentale. Bookmark the permalink.