Le temps des ruines (1914-1921) PDF

Signature à la mine de plomb de Lisette Model, au dos de chaque épreuve. 75 » à la mine de plomb et « Copyright Lisette Model 1977 » également le temps des ruines (1914-1921) PDF dos de chaque épreuve. 56 x 44 x 5 cm.


La Première Guerre mondiale, ne fut pas la première guerre photographiée, mais elle fut certainement celle qui le fut le plus massivement des guerres du XXe siècle. Parmi toutes les photographies prises durant cette période les ruines – et notamment celles du patrimoine architectural dévasté – occupent une place de choix. Dès le début de ce conflit, les vues de dévastation et plus particulièrement celles des édifices culturels, furent instrumentalisées par la propagande française et devinrent des preuves matérielles qui illustraient les discours mettant en avant la «barbarie» de l’envahisseur allemand. Elles ouvrirent la voie à une guerre des images, guerre dans la guerre, dont un des aspects célébra la perte du patrimoine architectural. Au même moment, une réflexion s’élabora sur la préservation des vestiges de guerre et sur la mise en place d’un tourisme de champ de bataille. En effet, face à l’accumulation des ruines matérielles dans la zone des armées, les questions du dédommagement et de la valorisation de certains vestiges se posèrent vivement. De même, la zone de combats fut perçue précocement par les acteurs du développement touristique et les membres du gouvernement français comme un espace sacré, vers lequel devaient s’organiser la paix revenue, des pèlerinages en provenance de tous les coins de France, d’Europe, mais aussi d’Amérique et d’Océanie. Le Temps des ruines entend éclairer ce que les destructions de la guerre ont signifié pour les contemporains de 1914 et plus particulièrement la manière dont la société française s’est emparée de ces représentations de ruines pour en faire un symbole de douleur.

15 épreuves d’artiste de I à XV. Rare coffret complet des 12 tirages. Légende manuscrite de l’abbé Misset :  » De ce dessin, on a fait : des porcelaines, des lorgnettes des boutons, des foulards, des moules à chocolat Les petites photographies ont servi pour les boites à bonbons de Giraudin « . Prince Impérial des années 1857 à 1879, par les photographes Richebourg, Chambay, Disderi, Léonard de Saint-Germain photographe à Nice et les graveurs A. Dates et intéressantes mentions manuscrites explicatives, à l’encre ou à la mine de plomb sur les montages, signées par l’abbé Misset. Images : de 9,5 x 6 cm à 29,5 x 20,5. Présentation sur papiers bristols et Arches : de 40 x 28 à 60 x 42 cm.

En marge de son travail d’écrivain, il rassembla méthodiquement une importante collection de plusieurs milliers de documents sur le Second Empire, titrée  » Autour du Prince Impérial « . Gustave Le Gray est l’un plus grands photographes du XIXe siècle. Ce que fit l’auteur en 1860 en quittant définitivement la France. Lot 47 : Gustave Le Gray. Montage : 53,1 x 68 cm. Brick – Normandie, dit « Brick au clair de lune »ou « Brig on the water », 1856. Effet de soleil dans les nuages – Océan, 1856.

Camp de Châlons : manoeuvres de la cavalerie de la Garde impériale, 1857. Signature « Giroux » par un timbre sec en creux en bas au centre. Inscription du titre et « 20 » à la mine de plomb au dos de l’épreuve. Une forte intensité se dégage de cette image. Cette atmosphère est amplifiée par l’exceptionnelle densité des tonalités de l’épreuve. Préemption de la Bibliothèque nationale pour la suite des archives Maurice Tabard. 47 épreuves dans 2 albums reliés.

Brick au clair de lune », 1856. Signature du photographe à l’encre rouge apposée par un timbre humide en bas à droite. Rarissime épreuve de ce photographe autrichien. Cette composition emblématique serait l’un des seuls exemplaires d’époque. 1857 et provenant de la famille du photographe. 26 lots initialement proposés au catalogue.

This entry was posted in Livres pour enfants. Bookmark the permalink.