Le peuple tchadien : Ses racines, sa vie quotidienne et ses combats PDF

Libye, de 1977 à 2011, sous le régime politique de Mouammar Kadhafi. Kadhafi arrive au pouvoir en 1969 lors du le peuple tchadien : Ses racines, sa vie quotidienne et ses combats PDF de la monarchie libyenne et institue un régime fortement inspiré, dans un premier temps, du nassérisme égyptien. Dans les faits, le régime continue de fonctionner sur un mode à la fois arbitraire et répressif. Libye est proclamée trois jours plus tard.


Idris Ier, au moment du coup d’État, suivait une cure à l’étranger. Dans les années 1960, la monarchie libyenne doit faire face à la montée d’un fort mécontentement social, dû tant à l’inégalité de répartition des richesses naturelles du pays qu’à la position internationale délicate de la Libye. Le 8 septembre, le nom de Kadhafi est publiquement révélé quand il est nommé au grade de colonel et proclamé chef des forces armées. S’il est dès lors clairement identifié comme le chef de la conjuration et le nouveau chef du régime, la liste complète des membres du CCR n’est par contre connue du public que quatre mois après la prise de pouvoir. La République arabe libyenne se place d’emblée dans une optique panarabe, l’article 1 proclamant :  La Libye est une république arabe, démocratique et libre, dans laquelle la souveraineté appartient au peuple. Le peuple libyen est une partie de la nation arabe. Son objectif est l’unité arabe totale.

Mouammar Kadhafi en 1969, en compagnie du président égyptien Gamal Abdel Nasser. Premier drapeau de la République arabe libyenne, adopté en 1969 et identique au drapeau de la libération arabe. Premières armoiries, basées sur celles de la République arabe unie. Libye et de l’organisation du pays en structures inspirées du nassérisme et du panarabisme. Kadhafi canalise et contrôle tous les débats du Congrès, dont il retire ensuite sa légitimité idéologique. Un nouveau gouvernement, fondé le 8 septembre 1970, consacre l’élimination des intellectuels du pouvoir en Libye au profit des fidèles nommés par les militaires du CCR. L’impression des observateurs étrangers est, tout d’abord, d’autant plus positive que Kadhafi introduit sur le plan de la politique intérieure de nombreuses mesures populaires, tels le doublement du salaire minimum ou le gel des loyers.

Le mouvement est conçu moins comme un parti politique que comme un instrument de contrôle social : tout libyen est tenu d’en être membre, à travers un comité local ou provincial. La République arabe libyenne ne se conforme pas à un modèle parlementaire classique et mise surtout sur la création d’organisations de masse comme l’Union des femmes ou une union syndicale. L’administration est modernisée, avec l’introduction de gouvernorats et de municipalités, afin de s’éloigner de la base tribale de l’ancien système. Si, par son arabisme, Kadhafi s’inspire de manière revendiquée de Gamal Abdel Nasser, il est également plus religieux que lui et, tout en s’opposant aux islamistes, manifeste volontiers une foi ardente et lie étroitement arabisme et islam.

L’inspiration égyptienne est cependant la caractéristique dominante des trois premières années du régime de Kadhafi, qui ne manifeste aucune originalité sur le plan institutionnel. Anouar el-Sadate, Mouammar Kadhafi et Hafez el-Assad signant l’accord de fédération de leurs trois pays en 1971. Second drapeau de la République arabe libyenne, adopté en 1972 après la création de l’Union des républiques arabes, dont la principale différence avec celui de l’Égypte et de la Syrie est le ratio qui est de 1:2 contre 2:3. Secondes armoiries, inspirées de celles de la Syrie.

La mort de Nasser, en septembre 1970, ne ralentit pas le projet et l’arrivée au pouvoir de Hafez el-Assad en Syrie amène l’adhésion de ce dernier pays au projet. Rapidement, le président égyptien Anouar el-Sadate, inquiet devant les surenchères et la personnalité de Kadhafi, choisit de s’éloigner de la fédération. La fusion, prévue en 1973, n’a finalement pas lieu et la situation débouche sur une crise des relations diplomatiques entre l’Égypte et la Libye. En 1981, un autre projet unissant la Libye et le Tchad tourne également court. Maroc, qui se traduit surtout par l’arrêt du soutien libyen au Front Polisario et par des échanges commerciaux entre les deux pays. Communauté des États sahélo-sahariens, ou des initiatives plus tardives comme la Ligue populaire et sociale des tribus du Grand Sahara.

Drapeau de la Jamahiriya arabe libyenne, adopté en 1977. Utilisant le vert, symbole de l’islam, comme couleur officielle du régime, la Libye est alors le seul pays au monde à avoir un drapeau unicolore et sans aucun motif. Troisièmes armoiries dont la principale modification est le positionnement du Faucon de Quraych d’or, qui est désormais tourné vers la gauche. Conseil de commandement de la révolution. Kadhafi, qui pense avoir trouvé la solution à l’immobilisme ambiant qui frustrait ses ambitions révolutionnaires. Les congrès populaires de base et les Comités populaires, destinés à faire office d’expression directe de la volonté directe du peuple libyen, sont progressivement mis en place. L’opposition, réprimée à l’intérieur de la Libye, forme des groupes à l’étranger.

This entry was posted in Livres pour enfants. Bookmark the permalink.