Le droit d’émigrer PDF

Passeport de la dynastie Qing, Chine, 1898. Toute personne sollicitant l’entrée dans un pays autre que le sien, comme touriste, étudiant ou travailleur, doit remplir certaines formalités et solliciter une autorisation. Dès le droit d’émigrer PDF fin de celle-ci, de nouvelles lois rendent permanentes les dispositions temporaires prises lors de la Grande guerre.


A l’heure de l’économie mondialisée, de la libre circulation des biens, des cerveaux, des touristes, le droit à la mobilité pourrait sembler la chose la mieux partagée au monde. Catherine Wihtol de Wenden démontre qu’il n’en est rien. Car le droit de migrer est l’apanage d’une heureuse minorité. Un monde de la libre circulation donc… mais pas pour tous ! Les économies libérales ouvertes côtoient une tendance à la fermeture politique, animée de replis identitaires : des forces concurrentes qui façonnent le devenir de notre « globalisation contradictoire ». A rebours des interprétations dominantes, ce petit ouvrage percutant, original et documenté, montre que les migrations sont aussi un facteur essentiel de développement. En bordure des enjeux politiques nationaux qui tendent à surinvestir la question de manière négative, Catherine Wihtol de Wenden assume le point de vue courageux des bienfaits de l’immigration en contexte international, et décrit la nécessaire évolution du droit à la mobilité qui doit être démocratisé pour que naisse enfin une politique migratoire décomplexée.

Probablement d’origine lyonnaise, il parlait couramment français et fabriquait lui-même ses vêtements. Les passeports ont souvent été des moyens de répression à l’égard du vagabondage et autres sans-papiers ou  gens sans aveu . Une des plus anciennes références au passeport a été faite dans le Livre de Néhémie. Néhémie, un officiel servant le roi Artaxerxès de l’antique Perse en 450 av. C, a demandé la permission de voyager en Judée. Son utilisation pour les voyageurs est attestée dès 1464.

Toutefois, la loi de 1867 permet aussi le rétablissement du contrôle des passeports pour des raisons liées à l’ordre public, ce qui est fait dès 1878, afin de mieux contrôler le mouvement socialiste naissant. Dès août 1914, tous les États rétablissent des formalités strictes qui perdurent tout au long de la Première Guerre mondiale, et qui sont rendues permanentes par la suite. Celles-ci ont à la fois pour objectif de surveiller les étrangers, et d’empêcher les nationaux d’échapper à la conscription. La loi de 1905 est combattue, sans succès, par les libéraux de Manchester. En août 1914, Londres promulgue de façon simultanée le British Nationality Act et le Status of Aliens Act. Ces contrôles et restrictions, à l’origine temporaires, sont rendues permanentes par l’Aliens Order de 1920.

This entry was posted in Adolescents. Bookmark the permalink.