Le Conte de l’île inconnue PDF

Tolkien paru en 1949 avec des illustrations de Pauline Baynes. Inventé à l’origine par Tolkien pour distraire ses enfants, le conte final n’est guère destiné à un public enfantin : l’auteur abandonne le ton caractéristique des contes pour enfants pour se livrer à de nombreuses plaisanteries historiques et philologiques. Gilles  en langue vulgaire, mène une existence paisible au village de Ham jusqu’à une nuit d’été où, réveillé par son chien Garm, il met en fuite un géant égaré du côté de Ham avec son espingole et un peu de chance : le géant ne quitte les lieux que parce qu’il croit le Conte de l’île inconnue PDF été piqué par quelque insecte. Quelques mois plus tard, le royaume est attaqué par un dragon nommé Chrysophylax Dives.


« Et pourquoi veux-tu donc un bateau, peut-on le savoir, tel fut en effet ce que le roi lui demanda quand il se considéra suffisamment bien installé sur la chaise de la servante, Pour me lancer à la recherche de l’île inconnue, répondit l’homme, Quelle île inconnue, demanda le roi en déguisant son rire, comme s’il avait devant lui un fou délirant, un de ces fous qui ont la marotte de la navigation et qu’il ne faut surtout pas contrarier dès l’abord, L’île inconnue, répéta l’homme, Sottise, il n’y a plus d’îles inconnues, Elles sont toutes sur les cartes, Et quelle est donc cette île inconnue que tu cherches, Si je pouvais te le dire, elle ne serait plus inconnue, Qui t’en a parlé, demanda le roi, à présent plus sérieux, Personne, Dans ce cas, pourquoi t’obstines-tu à dire qu’elle existe, Simplement parce qu’il est impossible que n’existe pas une île inconnue… »

Les chevaliers du roi avancent diverses excuses pour ne pas le combattre, et tandis que l’animal s’approche de Ham, les villageois se tournent vers leur nouveau héros, à qui l’idée d’affronter un dragon ne sourit guère. Pourtant, il s’avère que l’épée de Gilles est en fait Caudimordax ou Mordqueues, l’arme d’un ancien tueur de dragons, et l’orgueil finit par inciter le fermier à accepter. La semaine est écoulée et tout le monde, y compris le Roi, venu à Ham avec ses chevaliers pour clamer la possession du trésor, attend le retour de Chrysophylax, en vain. Furieux, le Roi envoie ses chevaliers courir sus au dragon, et exige que Gilles les accompagne. Après sept jours de voyage vers l’ouest, le dragon surgit et bouscule les chevaliers.

Seul le fermier tient bon et, grâce à Mordqueues, obtient une nouvelle fois la soumission du dragon. Selon John, le fils aîné de J. Tolkien, l’histoire du fermier Gilles aurait été improvisée par son père lors d’un pique-nique, alors que la famille, surprise par un orage, s’était réfugiée sous un pont. Unwin accepte de publier Le Hobbit. Le livre rencontre un grand succès, et Tolkien envoie à l’éditeur d’autres de ses textes, parmi lesquels Le Fermier Gilles de Ham.

En janvier de l’année suivante, durant une pause dans la rédaction de la suite du Hobbit, Tolkien reprend Le Fermier Gilles de Ham et le développe abondamment. Unwin ne rejette pas totalement Le Fermier Gilles de Ham, mais souhaite avant tout publier Le Seigneur des anneaux, la suite du Hobbit, que Tolkien va mettre près de quinze ans à achever. Seconde Guerre mondiale ne joue pas en sa faveur, d’autant que Stanley Unwin trouve toujours le conte trop court pour être publié seul. Tolkien ébauche une suite avec le fils de Gilles, le prince George, comme héros, mais il ne l’achève jamais, attristé par l’empreinte laissée par la guerre sur les paysages qui ont inspiré le conte. Ce dernier a été réédité en 2008 avec des illustrations d’Alan Lee. Le conte a été réédité seul en 1990, avec des illustrations de Roger Garland. 1999, une édition augmentée a été produite par Wayne G.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.