La Mort à Venise PDF

Der Tod in Venedig, édition de 1912. Thomas Mann, qui fit un voyage à Venise du 26 mai au 2 juin 1911, reconnaissait volontiers la part autobiographique de cette nouvelle. Troublé par la Mort à Venise PDF mystérieuse rencontre lors d’une promenade, il part en voyage sur la côte adriatique et finit par aboutir à Venise, une ville dans laquelle il ne s’est jamais senti à l’aise. Ponctué d’allusions à la Grèce antique et à la mythologie grecque, tout le récit est rythmé par les thèmes de la mort, de l’art et de la nostalgie.


La fascination mortelle que peut exercer la beauté, tel est le sujet de La mort à Venise, ce chef-d’œuvre d’inspiration très romantique où l’on retrouve l’essentiel de la pensée de Thomas Mann. Gustav Aschenbach, romancier célèbre et taciturne, voit sa vie bouleversée par la beauté divine et la grâce d’un adolescent. Sous le regard interrogateur du jeune Tadzio, la descente aux abîmes de ce veuf respectable, dans une Venise au charme maléfique rongée par le choléra, est un des récits les plus troublants de cet immense écrivain. La mort à Venise est suivi de Tristan, dont l’univers glacé de la montagne et la gaieté factice du sanatorium composent une sorte de prélude à La montagne magique, un des grands romans de Thomas Mann. Un bref récit, Le chemin du cimetière, clôt ce recueil de façon poignante.

En 1951, Luchino Visconti rencontra Thomas Mann et l’interrogea à propos de sa nouvelle. L’histoire est essentiellement une histoire de mort, mort considérée comme une force de séduction et d’immortalité, une histoire sur le désir de la mort. Cependant le problème qui m’intéressait surtout était celui de l’ambiguïté de l’artiste, la tragédie de la maîtrise de son Art. La passion comme désordre et dégradation était le vrai sujet de ma fiction. Goethe à soixante-dix ans, pour Ulrike von Levetzow, une jeune fille de Marienbad : une histoire méchante, belle, grotesque, dérangeante qui est devenue La Mort à Venise.

Stefan George a dit que dans La Mort à Venise tout ce qu’il y a de plus haut est abaissé à devenir décadent et il a raison. Le Grand Hôtel des Bains entre 1908 et 1940. Tous les détails de l’histoire, à commencer par l’homme du cimetière, sont empruntés à la réalité Dans la salle à manger, le tout premier jour, nous avons vu cette famille polonaise, qui était exactement telle que mon mari l’a décrite : les filles habillées d’une manière assez stricte, sévère, et le charmant, ravissant jeune garçon d’environ treize ans vêtu d’un costume marin avec un col ouvert et de jolis rubans. Il a aussitôt attiré l’attention de mon mari. Article détaillé : Alla ricerca di Tadzio.

C’est un baron polonais que Thomas Mann a effectivement rencontré et observé au cours de son voyage à Venise au printemps 1911. Tadzio, sa vie et ses réactions au fait d’être devenu une icône de la culture homosexuelle et pédérastique. On a beaucoup glosé sur le côté musical de La Mort à Venise. Le portrait de Gustav von Aschenbach, le personnage principal, serait directement inspiré d’une photo de Gustav Mahler, pour lequel Mann nourrissait une grande admiration. Benjamin Britten compose en 1973 son dernier opéra, intitulé Death in Venice. Kindertotenlieder, reprend des éléments des Kindertotenlieder de Mahler.

Thomas Mann : Souvenirs à bâtons rompus, Albin Michel, 1975. Biography of John Neumeier on Hamburg Ballet website. Tadzio, Adzio, and the secret history of Death in Venice » by Allen Barra. Rechercher les pages comportant ce texte.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.