La Légende de l’entrepreneur. Le capital social, ou comment vient l’esprit d’entreprise PDF

Please forward this error screen to ns7. Avec le développement d’Internet la Légende de l’entrepreneur. Le capital social, ou comment vient l’esprit d’entreprise PDF du WEB 2.


Le mythe du petit entrepreneur devenu patron de multinationale est vieux comme le capitalisme. En son nom, patronat et gouvernements (mais, souvent aussi, de nombreuses associations : junior entreprises, clubs d’investisseurs, boutiques de gestion, banque des pauvres…) ont fait de la création d’entreprise et de la défense de la petite entreprise la planche de salut pour sortir du chômage et stimuler la croissance : de la prime Barre à la fin des années soixante-dix à la loi Madelin des années quatre-vingt-dix, chômeurs et fonctionnaires, soupçonnés de vivre aux crochets de la société, sont ainsi priés de faire preuve d’initiative et de créer leur entreprise. Malheureusement, il y a loin du mythe à la réalité de l’économie de marché. Ce livre remet les pendules à l’heure en retraçant la véridique histoire de l’entrepreneur (depuis que le terme existe), en montrant comment le mythe s’est construit, dans la théorie économique aussi bien que dans le discours social, et en démontrant, enquête à l’appui, comment la réussite entrepreneuriale est toujours une œuvre collective : pas de réussite sans un capital social – on reconnaîtra la référence à Pierre Bourdieu – dont hérite l’heureux élu et qu’à fait fructifier avec l’aide de l’État, de sa famille, de ses amis, etc. Il ne s’agit cependant pas, pour Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis, de dénigrer l’esprit d’entreprise, mais de mettre en garde contre sa mythification (l’échec est lourd de drames humains et Familiaux). Ce livre est donc indispensable aux conseilleurs et aux candidats à l’aventure entrepreunariale…

0, les usages des TIC se sont développés et la grande majorité des citoyens des pays industrialisés les utilise pour accéder à l’information. La filière nécessite de plus en plus de compétences en communication, marketing et vente, la technique n’étant qu’un support de la communication et d’organisation. Les usages des TIC s’étendent, surtout dans les pays développés, au risque d’accentuer localement la fracture numérique et sociale ainsi que le fossé entre les générations. L’expression  technologies de l’information et de la communication  transcrit une locution anglaise utilisée dans diverses instances internationales qui correspond à peu près au domaine de la télématique. Les technologies de l’information et de la communication sont des outils de support au traitement de l’information et à la communication, le traitement de l’information et la communication de l’information restant l’objectif, et la technologie, le moyen.

Mais cette définition se limite à la convergence de l’informatique et des télécommunications en vue de communiquer et ne tient pas compte de l’impact de la convergence numérique dans les multimédias et l’audiovisuel. Ensemble des technologies issues de la convergence de l’informatique et des techniques évoluées du multimédia et des télécommunications, qui ont permis l’émergence de moyens de communication plus efficaces, en améliorant le traitement, la mise en mémoire, la diffusion et l’échange de l’information . La diffusion rapide des accès à l’Internet à haut débit a permis une explosion des usages des services audiovisuels qui prennent une importance accrue dans le concept des TIC, non seulement au niveau de la communication, mais aussi au niveau de la gestion des informations et des connaissances et au niveau de leur diffusion. Cette extension du concept des TIC est à l’origine de nombreux débats en raison de l’importance de son impact sur la société. 1990 et au début des années 2000 pour caractériser certaines technologies dites  nouvelles .

La qualification de  nouvelles  est ambigüe, car le périmètre des technologies dites nouvelles n’est pas précisé et varie d’une source à l’autre. En raison de l’évolution rapide des technologies et du marché, des innovations déclarées  nouvelles  se retrouvent obsolètes une décennie plus tard. Parfois il s’agit de distinguer les technologies basées sur l’Internet par opposition aux télécommunications traditionnelles. Parfois, les NTIC incluent aussi la téléphonie mobile, mais les premières technologies mobiles qui ont plus de trois décennies peuvent-elles être qualifiées de  nouvelles  ? Cela montre qu’il n’est pas utile d’établir des catégories rigides pour distinguer ce qui est nouveau de ce qui ne l’est pas. TIC ou Technologies de l’Information et de la Communication ne sont pas mentionnés. Les TIC sont devenus également un enjeu crucial pour la production et la diffusion des biens culturels.

This entry was posted in Droit. Bookmark the permalink.