La gratitude : Savoir et oser l’exprimer PDF

Le coaching des adolescents : utile ou pipeau ? Pourquoi accompagner ou la gratitude : Savoir et oser l’exprimer PDF des adolescents ? L’adolescence est une période de vulnérabilité, comme toute étape de changement.


Et si dire  » Merci !  » était l’une des clés de notre bien-être ? La gratitude, habituellement regardée comme une forme de politesse ou encore comme un devoir, serait d’après les dernières études en psychologie bien plus que tout cela et dépasserait le cadre du protocole de la politesse ! Dire merci à la vie, merci aux gens que nous aimons, merci à ceux qui nous ont aidés, est en réalité directement lié au fonctionnement et à la base de notre santé émotionnelle. Rosette Poletti et Barbara Dobbs nous démontrent, au fil des pages de ce petit livre pratique, que la gratitude diminue les émotions négatives, qu’elle renforce les liens sociaux et qu’elle procure bien-être et santé. Elles nous invitent à apprendre à exprimer notre gratitude et à la recevoir !

Lors de ce changement d’état, l’adolescent sort de son pays d’enfance et dégage son identité de personne. Cette revendication identitaire, nécessaire et naturelle, varie selon les individus. Notre société n’étant plus rythmée par des rituels, cette difficulté à se trouver et prendre sa place s’est accrue. C’est un point à souligner, alors qu’on entend beaucoup de Cassandre affirmer que tout dérive ! Le besoin d’accompagnement des jeunes ne vient pas d’une incapacité éducative. Adolescence vient du latin  adolescere  qui veut dire  grandir . Grandir, cela veut dire acquérir autonomie et responsabilité.

Si l’adolescent revendique avec force cette nouvelle indépendance, c’est souvent là que le bât blesse dans le contexte familial. Les conflits liés à l’adolescence viendraient-ils d’une guerre de pouvoir ? Nous, parents, gardons au fond de nous ce corps de petit bébé, ce visage d’enfant, ses premiers pas et ses premiers genoux écorchés, la cadence de la balançoire, les câlins et les histoires du soir, toute cette relation de dépendance et cette autorité naturelle dont nous disposions alors. Accepte t-on l’idée que ce temps là soit révolu ? Consentons-nous à prendre une autre place, pour lui offrir la sienne ? Quel accès, quelle implication dans le monde adulte lui offrons-nous ?

Quant à l’ado, pourvu de sa mémoire épisodique différente de la nôtre, il garde en lui ce sentiment de confort, de sécurité, de confiance, tout en rêvant sur la liberté présumée de l’adulte. Normal, cette histoire de fil tendu ! D’autant plus que l’élargissement social, économique, professionnel, culturel, familial s’est accru. La  carte du monde  de l’être humain s’agrandit sans cesse, les perspectives de chacun pour devenir augmentent. Le champ de possibles est devenu si immense qu’il peut donner le vertige.

Quoi de plus naturel que cette peur du changement ? De plus compréhensible que cette tendance au repli, au non-choix, ou à l’évitement ? Accompagner les jeunes, ce n’est pas nécessairement les accompagner parce qu’ils vont mal. Ce n’est pas la peine d’attendre qu’ils soient en grande difficulté. Nous avons tous besoin les uns des autres. S’autoriser à se faire accompagner, ou à laisser son ado être accompagné par un tiers, à un moment donné, c’est prendre en compte la mutation de notre société dans laquelle il doit s’inscrire.

This entry was posted in Informatique et Internet. Bookmark the permalink.