La diagonale de la défaite PDF

En raison de l’accès limité au réseau Internet, le projet avance lentement. 1980, toutefois, la communauté bénéficie d’un accès régulier à Internet, et le rythme de croissance des publications s’accélère. Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but la diagonale de la défaite PDF visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne.


Impréparation de l’armée, insuffisance du matériel, lâcheté du pouvoir politique et démoralisation des soldats face à l’organisation sans faille et la supériorité tactique des Allemands… Autant de clichés et de mythes invoqués pour expliquer «l’effondrement d’une nation» en mai et juin 1940. Peu importe que des historiens – anglo-saxons pour la plupart mais aussi les spécialistes militaires français – aient depuis longtemps démontré que rien de tout cela n’était vrai, le couplet de la faillite morale et historique de la France continue à être chanté.
Jean-Philippe Immarigeon s’attaque à cette contre-vérité et montre que le «désastre de 40» n’est que la défaite militaire d’un pays combattant selon les règles qu’on attend d’une grande nation industrielle et démocratique face à une armée de barbares n’en respectant aucune.
La Diagonale de la défaite propose surtout une lecture radicalement nouvelle et originale de cet échec qui annonçait celui d’aujourd’hui dans la lutte contre Al-Qaïda ou les talibans. Car si les barbares ont changé d’apparence mais non de méthodes, nos dirigeants civils et militaires n’ont pas davantage évolué. Ils se réfugient toujours derrière le fantasme sécuritaire et croient que l’accumulation de moyens écartera tous les risques. Comme les généraux de 1940, ils pensent des guerres qui n’existent pas. Et comme eux, ils vont les perdre !

Avocat et docteur en droit, JEAN-PHILIPPE IMMARIGEON est spécialiste de l’histoire des États-Unis et des questions de stratégie, et intervient depuis 2001 dans la Revue Défense nationale. Il a publié chez François Bourin Éditeur American parano (élu meilleur essai politique 2006 par le magazine Lire), Sarko l’Américain (2007) et L’Imposture américaine (2009).

En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page. Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjà publiés, au sein d’un point d’accès unique. En 1995, Jeff Bezos crée Amazon. La presse, dans son sens large, commence alors à se mettre en ligne. De son côté, Brewster Khale fonde Internet Archive. En 1997, la Bibliothèque nationale de France crée Gallica. En 2000, le logiciel de lecture Mobipocket est créé.

Le Gemstar ebook devient alors la première tablette de lecture numérique officielle. En 2001, Adobe Flash Player lance son premier logiciel gratuit qui permet la lecture de fichiers numériques. L’année 2001 marque enfin la création du premier smartphone. En 2004, la compagnie Sony produit sa propre tablette.

This entry was posted in Adolescents. Bookmark the permalink.