L’or et les esclaves : Histoire des forts du Ghana du XVIe au XVIIIe siècle PDF

Les gouvernements Ashanti fonctionnent d’abord comme un réseau lâche puis mettent en place progressivement une bureaucratie centralisée, avec comme capitale Kumasi. Les puissances coloniales sont attirées par ce territoire par le commerce d’or puis la traite d’esclaves. Ce pays accède à l’indépendance dès 1957. Des fouilles archéologiques attestent que la côte l’or et les esclaves : Histoire des forts du Ghana du XVIe au XVIIIe siècle PDF l’actuel Ghana est habitée dès le début de l’âge du bronze, vers -4000 par des peuples pratiquant la pêche dans les lagons et rivières.


Du XVIe au XVIIIe siècle, les Européens édifient un impressionnant ensemble de forts sur les côtes du Ghana, où ils achètent massivement de l’or et des esclaves. L’histoire de cette première colonisation de l’Afrique nous introduit au cœur de la rivalité des
grandes puissances pour la domination économique du monde, mais illustre que cette primauté passait par une indispensable collaboration avec les grands États africains. L’auteur commence par l’analyse des sociétés africaines et de la politique des États qui deviennent alors les interlocuteurs des Européens. Cette démarche conduit à mettre en perspective l’histoire interne de l’Afrique et à montrer qu’elle est le fruit d’une logique intérieure propre à ce continent et non pas essentiellement celui d’une
influence européenne, comme on a trop longtemps voulu le laisser croire.

Afrique de l’Ouest, dont l’empire soninké du Ghana au nord du Ghana actuel. Al-Yaqubi désigne le Ghana comme l’un des trois États les plus organisés de la région avec Gao et le royaume du Kanem-Bornou. Le développement du commerce encourage l’apparition d’États Akans sur la route menant aux mines du sud à travers la forêt. Akan s’y installent en y amenant des plants de sorgho, de banane et de manioc importés d’Asie du Sud-Est et d’Amérique. Les Mossi et les Gonja adoptent la langue des peuples qu’ils avaient envahi, mais conservent leurs traditions dont quelques-unes témoignent encore aujourd’hui de leur origine septentrionale. Les Dioula, commerçants de race Manding viennent y acheter l’or.

La tradition veut que le royaume Gonja soit fondé par des cavaliers venant du Mali, qui s’inquiétent de voir diminuer la quantité d’or que le royaume de Bono fournit aux Dioula. Les Hollandais réussissent à chasser les Portugais de l’Afrique occidentale en prenant leurs principales forteresses, entre 1637 et 1641. Les nouveaux colonisateurs partagent l’espace côtier avec les Britanniques, et quelques marchands européens. 1471 : les Portugais débarquent sur la côte du futur Ghana.

1618 : création de la Compagnie des aventuriers de Londres pour le commerce dans les ports d’Africa », appelée Guinea Company. 1637 : Peter Blower, Hollandais du Brésil, introduit la canne à sucre à la Barbade, avec ses secrets de fabrication. 1637 : la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales s’empare d’Elmina, située à 10 km du Fort de Cape Coast. 1647 : Thomas Modyford, gouverneur de Barbade, paie 7000 sterling pour la moitié de la plantation sucrière du colonel Hilliard. 1649 : Nicholas Crisp se plaint d’avoir été évincé par la Compagnie suédoise d’Afrique du site de Carolusburg, futur fort de Cape Coast.

1651 : débarquement et saccages à la Barbade. 10 juillet 1652: la Première guerre anglo-néerlandaise est déclarée. 1652 : la New Model Army renverse le gouverneur de Virginie William Berkeley, resté fidèle au roi en exil. 1655 : conflits entre Nicholas Crisp et les danois.

This entry was posted in Droit. Bookmark the permalink.