L’imagination -épreuve de culture générale 2010-2011 (Série Cours) PDF

Le test de Rorschach ou psychodiagnostic de Rorschach est un outil de l’évaluation psychologique de type projectif élaboré par le l’imagination -épreuve de culture générale 2010-2011 (Série Cours) PDF Hermann Rorschach en 1921. Les planches sont au nombre de dix, sept sont monochromatiques et dites  noires  tandis que trois sont polychromatiques dites  de couleur . Cependant, dans les planches noires, il y a deux planches utilisant le rouge.


À mi-chemin entre travail philosophique et littéraire, la dissertation de culture générale nécessite un savoir-faire particulier qui en fait un véritable enjeu des concours des Grandes Écoles de Commerce. Cette épreuve peut, en effet, par les thèmes proposés, dérouter plus d’un candidat mal préparé. 
L’objectif de cet ouvrage est justement d’apporter aux élèves les clés pour se préparer sereinement à cet exercice qui, une fois maîtrisé, peut vite faire la différence aux concours.

Toutes les planches comportent des nuances, du gris clair au noir, de la couleur vive à la couleur pastel. L’idée d’utiliser l’interprétation que donne un individu à des dessins ambigus pour en déduire des traits de sa personnalité est très ancienne. L’utilisation de telles images dans un cadre psychologique donnera naissances à la méthode projective. Mais ne parvenant à en faire une méthode quantitative susceptible d’être intégrée à une batterie de tests d’intelligence, il renonce à cette idée.

En Suisse, à la même époque, un jeu d’enfant dit klecksographie consistait à déposer une goutte d’encre sur une feuille de papier que l’on pliait de façon à obtenir diverses formes d’oiseaux ou de papillons. En 1911, Rorschach recueille avec Konrad Gehring, un ami d’enfance devenu instituteur, les réponses d’enfants et d’adultes face à une série de taches d’encre obtenues de la sorte. Quelques années plus tard, un psychiatre d’origine polonaise, Szymon Hens, dans sa thèse de doctorat, également sous la direction de E. La présentation de ces résultats incite Rorschach à reprendre ses travaux avec les taches d’encre.

Dans la volonté de raffiner son matériel, Hermann Rorschach élabore une méthode pour créer ces taches d’encre. Dans ses écrits, il reste cependant assez vague sur le choix de telle ou telle planche, mais aboutit finalement à une série d’une dizaine de planches qu’il exploitera dans ses travaux cliniques. Encouragé par ses collègues dont Eugen Bleuler, H. Rorschach met alors par écrit sa méthode et cherche un éditeur qui puisse publier son manuscrit accompagné de ses planches. Or, à l’époque, la reproduction d’images en couleur dans un ouvrage imprimé est un procédé très coûteux.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.