L’essentiel de l’expertise judiciaire PDF

Un document renvoie à un ensemble formé par un support et une information, celle-ci enregistrée de manière persistante. Il a une valeur explicative, descriptive ou de preuve. Vecteur matériel de la pensée humaine, il joue un rôle essentiel dans la plupart des sociétés contemporaines, tant pour le fonctionnement de leurs administrations l’essentiel de l’expertise judiciaire PDF dans l’élaboration de leurs savoirs. Autrement dit, il implique une matérialité, un sens et un contexte social qui décide de son statut.


Ce livre présente en 7 chapitres l ensemble des connaissances nécessaires à la compréhension du droit et de la pratique de l expertise judiciaire. Après en avoir posé le cadre et l essence, les auteurs détaillent tant le statut de l expert, que le déroulement minutieux des opérations d expertise, puis ouvrent sur les problématiques en France et en Europe.
Une présentation synthétique, rigoureuse, chronologique, pratique des règles communes et propres à chaque juridiction. Un ouvrage simple, complet, à la portée de tous.

Étudiants des facultés de droit
Étudiants des cycles d expertise judiciaire
Praticiens, qu ils soient magistrats, avocats ou experts…
Tout justiciable confronté ou simplement intéressé par la matière

Selon une acception assez large, tout objet informatif, même dénué de signes, correspond à un document: ainsi en est-il du silex taillé pour le préhistorien, d’une bactérie pour le biologiste. Tout document se caractérise par une structuration minimum du signifiant, par différence avec une simple juxtaposition d’indices. Robert Escarpit le qualifie d’anti-évènement du fait qu’il cumule des traces au-delà de sa création, dont un sens perdure malgré la décontextualisation de l’information. Il sollicite deux propriétés cognitives indissociables : la mémorisation et l’organisation des idées, préalables à la créativité et à la transmission. Parce qu’il conserve une information, fut-elle fausse, le document constitue une trace du passé. Il s’agit du matériau de base pour l’écriture de l’histoire. Sa portée ne s’estime qu’en relation avec les autres documents de l’époque et le savoir de celui qui l’examine.

Dans une certaine mesure, le document tient de l’archive par lequel l’historien établit les faits. De nombreux documents servent les affaires du présent, transportent des connaissances actuelles, s’utilisent comme vecteurs d’opinions alors que l’archive ne joue, par définition, plus le rôle pour lequel elle a été conçue. Ces chercheurs en psychologie cognitive et sciences de l’information et de la communication entendent ainsi décrire les fonctions du document dans les sociétés humaines. Depuis les tablettes sumériennes jusqu’aux tablettes numériques, le document remplit une double fonction de communication et de mémoire. Le document numérique bouleverse la conception traditionnelle de la notion par la dissociation du contenant et du contenu. La production en masse de documents nécessite la création de sources tertiaires pour faciliter leur localisation et leur consultation. La description comporte également des points d’accès aidant au repérage du document, généralement par auteur, titre et sujet.

This entry was posted in Sciences humaines. Bookmark the permalink.