L’emploi, un combat PDF

Ce qui devait être fait l’a été L’emploi, un combat PDF 4 mai il a été sanctionné. Mais ce que je sais, c’est que, le lendemain, dès qu’ils l’ont su, mes collaborateurs à l’Elysée ont pris une sanction.


Ce livre est un combat moral, historique, perpétuel et très certainement une mission pour ne jamais accepter le fatalisme, les règles établies et permettre à tout humain de rester digne, debout, d’accéder à un rendez-vous pour un emploi et de retrouver un travail. Résister, dire non, se battre et affronter sans heurter, mais avec conviction, pour pouvoir briser les idées reçues et vaincre les a priori ! L’actualité a rattrapé ma naïveté, comme un cheval qui s’emporte au galop et je reste malgré tout optimiste, car je préfère une société qui fait rêver, plutôt qu’une société figée et sans issue. La liberté de penser, d’agir, de faire et d’entreprendre sont les outils incontournables d’une société dite libérale au sens de la liberté et d’une société évoluée. Ni droite, ni gauche seront mes maîtres mots, car je les laisse aux professionnels de la politique, qui est un métier à part entière. Je suis le partisan convaincu d’une société ouverte, libre, progressiste où chacune, chacun d’entre nous peut s’exprimer dans un travail qui lui plaît, sans être stigmatisé dans une quelconque catégorie ou code. Le travail n’est pas une punition : il doit être rendu accessible à tout citoyen. Nous sommes en quelque sorte l’héritage de nos parents, grands-parents et ancêtres, et perpétuons un mode de pensée et de fonctionnement. Combien il est parfois compliqué, quand nos origines viennent de partout et nulle part, de s’y retrouver, de retrouver nos racines et nos repères ! L’emploi, un combat est une étape de ma vie et je souhaite vraiment que cet ouvrage remette du baume au coeur de nos concitoyens et puisse créer le débat public de l’accès à l’emploi, mais avant tout, qu’il mette le projecteur sur le retour au bon sens!

Benalla n’a PAS été sanctionné en mai. La France est confrontée à des menaces sérieuses et a priori durables. En plus de faire face à une profonde recomposition politique, elle doit s’atteler à combattre des individus prêts à pourfendre notre modèle à coups de marteau et autres outils de bricolage. Que nous propose le nouveau gouvernement de notre christique sauveur, Louis Napoléon Macron ? Voyons de plus près de quel bois, ou plutôt de quel acier sera faite notre boîte à outils législative qui, on ne peut en douter, effrayera à coup sûr l’ennemi. Assignations à résidence, perquisitions administratives, fermetures de lieux de culte, zones de protection et de sécurité, toutes ces mesures ô combien efficaces de l’état d’urgence constituent l’armature de cette nouvelle mouture antiterroriste. Bien entendu, si l’on n’a rien à se reprocher, on n’ira pas nous chercher des noises.

D’ailleurs, comme le rappelle Le Monde, ces mesures d’exception visant à être banalisées ne concernent que les terroristes ! Pas de doute, les dérives du passé ne seront plus. Aucun militant écologiste ne sera assigné à résidence, aucun manifestant ne sera interdit de défiler, aucun exilé ne sera injustement privé de liberté. Pour autant, nous direz-vous, nous sommes un peu pointilleux ou à défaut tatillons. Imaginez donc que sur la foi de quelques informations glanées par nos services de renseignement, on pourra venir perquisitionner votre domicile sans qu’un juge ne l’ait décidé au préalable. Et si on ne trouve rien ?

This entry was posted in Beaux livres. Bookmark the permalink.