L’Amour d’Erika Ewald PDF

Hier haben wir die Opernsänger, mit dem Buchstaben A beginnend, in alphabetischer Reihenfolge gelistet. Als zusätliche Info wird die Stimmlage, l’Amour d’Erika Ewald PDF die Herkunft des Sängers angegeben. Die Liste wurde auf die Sänger beschränkt, die ab c. 1907 gibt es auch komplette Opernaufnahmen.


Bei den Herkunftsangaben ist die Schreibweise für manche Bundesstaaten, Bundesländer, Regionen, Verwaltungsbezirke, Oblasts, Départements, Länder oder Kantone etc. Link zu wikipedia hierzu am Ende der Seite gesetzt. Um Seiten schneller laden zu können, sollten diese so klein wie möglich gehalten werden. Zweig est élevé à Vienne, sur le Ring, dans une atmosphère bourgeoise et conformiste, caractéristique du règne de l’empereur François-Joseph. Vienne, il s’inscrit en philosophie et en histoire de la littérature, étudie la romanistique et la germanistique. Il suit ses cours occasionnellement, fréquente les cafés, les concerts, le théâtre.

Il s’intéresse aux poètes, en particulier Rainer Maria Rilke et Hugo von Hofmannsthal, déjà adulés en dépit de leur jeune âge. Zweig s’essaie lui-même à l’écriture, qui l’attire de plus en plus. Une publication qui incitera ses parents à accepter une carrière d’écrivain. Encouragé par ces premiers succès, mais doutant encore de son talent, Zweig séjourne à Berlin.

Il y découvre une autre avant-garde : les romans de Fiodor Dostoïevski et la peinture d’ Edvard Munch. Italie et de se lier d’amitié avec Johan Bojer. Unis et au Canada en 1911. Dans son journal, il se plaint de cette inquiétude intérieure déjà intolérable qui ne le laisse jamais en paix et justifie son goût des départs. Après une tentative dans le domaine du théâtre, avec sa pièce Thersite, sorte d’antihéros de la guerre de Troie, Zweig rencontre en février 1910 l’écrivain français Romain Rolland, dont il partage les idéaux paneuropéens et l’esprit de tolérance, à l’opposé des visions nationalistes étriquées et revanchardes. Jean-Christophe est un événement éthique plus encore que littéraire.

This entry was posted in Beaux livres. Bookmark the permalink.