L’Adieu à l’Europe: L’Amérique latine et la Grande Guerre PDF

En raison de l’accès limité au réseau Internet, le projet avance lentement. Internet, et le rythme de croissance l’Adieu à l’Europe: L’Amérique latine et la Grande Guerre PDF publications s’accélère.


Il est temps que l’histoire de la Grande guerre devienne véritablement mondiale. Elle n’est le plus souvent qu’une histoire européenne, à l’exception de l’entrée en guerre des Etats-Unis. L’Amérique latine semble n’y avoir aucune place, comme si elle s’était tenue en marge du conflit. Pourtant l’Argentine et le Brésil ont bien été confrontés à la guerre. Les populations, largement composées d’immigrants européens, se sont senties concernées par l’issue des combats, d’autant que de nombreuses communautés étaient appelées à rejoindre leur patrie en Europe et à prendre les armes. L’impact de la guerre se fit sentir aussi dans le domaine économique et transforma en profondeur les sociétés latino-américaines. Spectatrices à distance du suicide de l’Europe, elles ont été choquées par cet effondrement d’une civilisation qu’elles admiraient. Les intellectuels, jusque-là convaincus de la nécessité d’imiter la culture européenne, s’en sont détournés pour la seconde fois, après les indépendances du début XIXe siècle, et ont commencé à promouvoir d’autres modèles, d’autres idéaux culturels, du panaméricanisme à l’affirmation nationale.
Il n’est pas ici question des sempiternelles histoires de poilus ou des débats sur les résistances à l’effort de guerre. L’Adieu à l’Europe propose une histoire décentrée, depuis cet ailleurs si proche et si lointain qu’est l’Amérique latine. A ce titre, il ne se contente pas de renouveler notre géographie de la guerre, il offre aussi un plaidoyer pour une autre histoire du XXe siècle latino-américain.

Parallèlement, en 1978, le Conseil des Arts du Canada créé Canadiana, un organisme sans but lucratif visant la préservation du patrimoine canadien et à sa mise en ligne. En 1993, John Mark Ockerbloom crée Online Books Page. Contrairement au projet Gutenberg, ce projet cherche à répertorier et réunir différents textes numériques anglophones déjà publiés, au sein d’un point d’accès unique. En 1995, Jeff Bezos crée Amazon. La presse, dans son sens large, commence alors à se mettre en ligne. De son côté, Brewster Khale fonde Internet Archive. En 1997, la Bibliothèque nationale de France crée Gallica.

En 2000, le logiciel de lecture Mobipocket est créé. Le Gemstar ebook devient alors la première tablette de lecture numérique officielle. En 2001, Adobe Flash Player lance son premier logiciel gratuit qui permet la lecture de fichiers numériques. L’année 2001 marque enfin la création du premier smartphone. En 2004, la compagnie Sony produit sa propre tablette. En 2007, Amazon commercialise Amazon Kindle, ou Kindle, qui permet à l’entreprise de se spécialiser dans la lecture numérique, alors qu’elle se concentrait jusque là sur l’édition numérique. 2008, la qualité de lecture sur l’écran des liseuses s’améliore considérablement.

De nombreux éditeurs commencent dès lors à distribuer, sous format électronique, des livres tombés dans le domaine public. Au même moment, pour une question de coûts et de rentabilité, certains éditeurs commencent à publier leurs auteurs de cette manière. C’est la  transposition à l’identique d’un livre papier en version numérique . Le livre numérique homothétique respecte les limitations physiques du livre malgré l’absence de ces limitations dans un environnement numérique. Il s’agit de la forme la plus répandue et de la première à être apparue. Ce type de livre vient compléter la version imprimée grâce aux avantages que permet le format numérique, tant sur le plan de la forme que du contenu. Ainsi, par les possibilités d’enrichissement quasi infinies de l’œuvre qu’il admet, le type enrichi est de plus en plus exploité.

Marcoux écrit qu’il s’agit du livre  créé par ou pour le numérique , c’est-à-dire que le livre originairement numérique a été pensé en fonction du format numérique et de ses potentialités techniques. Pour cette raison, il possède une forte hypertextualité, mais il est plus récent et moins commun que les précédents. La plateforme Scalar est une plate-forme qui permet l’édition de livres augmentés. Elle a été conçue en 2009 par L’Alliance for Networking Visual Culture.

This entry was posted in Droit. Bookmark the permalink.