Jean Calvin (1509-1564) – De l’humanisme aux lumieres de la foi PDF

Après des études de droit, Calvin rompt avec l’Église catholique romaine vers 1530. Après son retour, Calvin introduit une nouvelle liturgie et des idées politiques novatrices malgré l’opposition de plusieurs puissantes familles de la ville qui tentent de s’opposer à son autorité, notamment lors du procès de Michel Servet. De nouvelles élections et l’arrivée jean Calvin (1509-1564) – De l’humanisme aux lumieres de la foi PDF réfugiés favorables à Calvin lui permettent d’évincer ses opposants au Conseil municipal. Calvin est un écrivain apologétique et un polémiste provoquant de nombreuses controverses.


En ce 500e anniversaire de la naissance de Calvin, cet ouvrage aborde le réformateur selon trois thématiques : la vie, l’oeuvre, la doctrine. Né en Picardie en 1509, Calvin, par sa famille, son éducation et sa formation, est un homme de la Renaissance. Mais sa conversion, en 1533, le jette dans un monde nouveau. Après Strasbourg où, entre 1538 et 1541, «Calvin est devenu Calvin», le réformateur se fixe en 1541 à Genève où il mourra en 1564. Années décisives où s’affirme le législateur, mais aussi l’organisateur, le théologien, l’intellectuel, l’écrivain, l’épistolier, le propagandiste, le polémiste… Années où les épreuves et les douleurs ramènent Calvin à sa condition humaine avec ses amitiés, ses inimitiés, ses faiblesses et ses contradictions.
Son oeuvre est immense : en vingt-trois ans, il aura organisé l’Église et l’aura adaptée aux convulsions du temps ; il aura rompu définitivement avec Rome et attesté que l’écriture est au service de la Parole. Il aura manifesté son soutien aux persécutés de France. Enfin, il sera l’auteur d’une oeuvre foisonnante, où il s’affirme comme un maître de la langue française, cette langue moderne qu’au XVIe siècle, avec Rabelais et Montaigne, il a contribué à forger.
On retiendra de sa doctrine trois éléments essentiels : le premier traite du Christ médiateur, source de liberté et de salut pour l’homme, le second du Saint-Esprit, le troisième de la prédestination.
Illustré d’une soixantaine de documents iconographiques, l’ouvrage offre une approche attrayante, quoique rigoureuse, d’une des grandes figures de l’histoire religieuse.

Franck Belloir, licencié d’Histoire, et préparant une licence de Théologie, a dirigé l’équipe de la mission Timothée pour réaliser l’ouvrage. Il a participé à la création de la librairie Jean Calvin à Aies qu’il anime actuellement.

Il échange également une riche correspondance avec de nombreux réformés, comme Philippe Melanchthon et Heinrich Bullinger. 10 juillet 1509 à Noyon en Picardie, province du Royaume de France. Il est l’aîné de quatre fils parvenus à l’âge adulte. En 1525 ou 1526, le père, Gérard, retire son fils du collège de Montaigu et l’inscrit à l’université d’Orléans afin qu’il y étudie le droit. 1533, Calvin adopte les nouvelles idées de la Réforme protestante.

Il rapporte cette conversion à deux reprises, de façon différente. Dieu par une conversion subite dompta et rangea à docilité mon cœur, qui, eu égard à l’âge, était par trop endurci en telles choses. En 1532, Calvin obtient sa licence en droit et publie son premier livre, un commentaire de l’ouvrage De Clementia de Sénèque. Après des visites à Orléans et dans sa ville natale de Noyon, Calvin retourne à Paris en octobre 1533. Ce discours provoque un grand émoi et la faculté dénonce Nicolas Cop comme hérétique, obligeant celui-ci à prendre la fuite et à se réfugier à Bâle, en Suisse. Calvin, proche ami de Cop, est impliqué lui aussi dans le scandale et doit se cacher durant un an. Il trouve refuge chez son ami Louis du Tillet à Angoulême.

Il est cependant obligé de quitter la France après l’affaire des Placards au mois d’octobre 1534, déclenchée par affiches posées dans diverses villes. Ces attaques contre la messe catholique entraînent une violente réaction politique à l’encontre des protestants. En mars 1536, Calvin publie la première édition de son Institutio Christianae Religionis ou Institution de la religion chrétienne. L’ouvrage est une apologie, soit défense de la foi, et un exposé de la position doctrinale des réformés. Peu après la première publication de l’ouvrage, il quitte Bâle pour Ferrare en Italie, où il devient brièvement secrétaire de Renée de France.

Aoste est sonné à 11h30 au lieu de 12h00, témoignent de cet événement. Il retourne à Paris en juin avec son frère Antoine pour régler les affaires de leur père. Calvin n’envisage pas de rester à Genève, mais Guillaume Farel, un réformé français qui y réside, lui demande avec insistance de l’aider dans son travail de réforme. Alors Farel, qui travaillait avec un zèle incroyable pour promouvoir l’Évangile concentra tous ses efforts pour me garder en ville. Ses premières fonctions sont mal connues : il reçoit finalement le titre de  lecteur , signifiant probablement qu’il peut procéder à des lectures explicatives de la Bible. Guillaume Farel était le réformateur qui convainquit Calvin de rester à Genève. Portrait tiré des Icônes de Théodore de Bèze, 1580.

This entry was posted in Etudes supérieures. Bookmark the permalink.