Istanbul, 1914-1923 : Capitale d’un monde illusoire ou l’agonie des vieux empires PDF

Bertrandon de la Broquière, BNF, MS fr. Le siège qui commence au début du mois d’avril 1453 intervient alors que la situation de Constantinople s’est considérablement dégradée lors des siècles précédents. En 1453, l’Empire se réduit aux alentours de Constantinople et au Istanbul, 1914-1923 : Capitale d’un monde illusoire ou l’agonie des vieux empires PDF et il n’est plus en état de résister à la puissance montante qu’est l’Empire ottoman à cette époque.


Première Guerre mondiale. Capitale d’Empires pendant treize siècles, Istanbul contemple des bords du Bosphore l’écroulement du Vieux Monde, l’agonie des trois empires austro-hongrois, russe et ottoman. Située à l’intersection du « Drang nach Osten » allemand et de la descente vers les mers chaudes russes, au point précis où la route maritime des Détroits coupe celle, terrestre, du chemin de fer Berlin-Bagdad, la ville est le trophée majeur de la Grande Guerre. Mais, simple relais d’une expansion coloniale pour les uns, elle reste toujours Tsarigrad, la ville impériale, pour les autres. Plus qu’un enjeu géopolitique, elle est alors l’objet d’une utopie impériale, où Nicolas II de Russie est en concurrence avec Ferdinand de Bulgarie et Constantin de Grèce, chacun rêvant d’être couronné, dans Sainte-Sophie, empereur de la Nouvelle Rome. C’est donc en cristallisant sur elle le mirage d’un empire nouveau que l’éternelle Constantinople assiste à l’écroulement des vieux empires. Envahie par les Alliés en novembre 1918, la ville s’enfonce dans la folie cosmopolite. Au quatrième étage d’un immeuble attenant à la Grande Rue de Péra, un quarteron d’officiers complote pour sauver la Turquie ; au deuxième – le troisième est un bordel – siège un comité de libération d’un peuple du Caucase ; au premier un parti fédéraliste ottoman ; et la boutique du tailleur grec au rez-de-chaussée est ornée d’un immense portrait de Venizélos. Dans la rue patrouillent un Sikh de l’armée britannique, un tirailleur sénégalais, un carabinier italien et un evzone grec.

Constantinople la nouvelle capitale de son empire qui entre dans sa période faste. Au-delà de la fin d’un empire déjà moribond, la chute de Constantinople a un impact profond sur le monde et notamment en Occident. Héritier de l’Empire romain, traditionnel rempart à l’expansion musulmane en Orient, l’Empire byzantin laisse derrière lui un vide important. De nombreux historiens, dont Jules Michelet, ont estimé que la chute de Constantinople constitue une vraie rupture marquant la fin du Moyen Âge et le début de la Renaissance. Articles détaillés : Histoire de l’Empire byzantin, Guerres turco-byzantines et Empire byzantin sous les Paléologues. Les Paléologues n’exercent plus le pouvoir qu’autour de Constantinople et sur une partie du Péloponnèse. La ville a déjà été encerclée par les forces turques en 1391-1392 et 1394-1402, mais devant l’obligation de combattre les Turco-Mongols à l’est, les Turcs ont laissé la ville sauve.

Les rivalités théologiques entre les Églises d’Orient et d’Occident empêchent l’acheminement d’aide aux Byzantins, et la méfiance envers les Occidentaux est grande à la suite du sac de la ville lors de la quatrième croisade, en 1204. S’il ne parvient pas à prendre la cité, il pille les possessions byzantines du Péloponnèse et met le siège devant Thessalonique. En 1430, les forces turques prennent et mettent à sac Thessalonique, réduisant la population en esclavage. La menace ottomane se fait de plus en plus pressante et le basileus Jean VIII est décidé à trouver un accord avec l’Église d’Occident.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.