Histoires et légendes des temps anciens de Tahiti et des îles PDF

Tous ces mythes rendent comptes d’une forme histoires et légendes des temps anciens de Tahiti et des îles PDF vérité, propre à chaque groupe aborigène, sur les paysages qui les entourent. Image satellite de la grande barrière de corail. Dans le cas des mythes du Plateau d’Atherton racontant les origines des lacs Eacham, Barrine et Euramo, des recherches géologiques avaient daté les explosions volcaniques qui sont à leur origine à plus de 10 000 ans, comme le décrivent les mythes aborigènes. Baie de Port Phillip, tel qu’il a été conté à Robert Russell en 1850.


Il y a l’Histoire qui raconte les hommes. Il y a les histoires que les hommes racontent. Chacun à sa manière, à ses mots, à ses images, à ses gestes, à son rythme. Et quand ces histoires survivent à leur conteur, elles deviennent légendes, âme et souffle d’une famille, d’une île, d’un pays. Vives en mémoire où ensablées par le temps, mystérieuses, gaies ou mélancoliques, elles répondent aux grandes interrogations humaines : pourquoi et comment ? Au-delà des terres et des mers, au creux des alizés, il y a des îles de soleil et d’océan où, bien avant l’Histoire, hommes et dieux vivaient ensemble.

Il décrit la baie actuelle comme une région autrefois émergée et le cours de la Yarra empruntant alors le tracé des anciens marais de Carrum Carrum. W Gregory en 1906, racontent que les déserts d’Australie Centrale étaient autrefois des plaines fertiles et irriguées, et parlent des déserts qui entouraient le lac comme d’un immense jardin. Ces modes d’articulation ont donné naissance aux mots distinctifs et aux noms des différents mythes. Il y a tant de groupes aborigènes distincts, de langues, de croyances et de pratiques qu’il serait illusoire de vouloir les rassembler sous une seule et même bannière. D’autant plus que la grande variété de mythes ne cesse d’être racontée, développée, élaborée, exécutée et vécue différemment par les membres de chacun de ces groupes. Les aborigènes d’Australie peuvent être décomposés en 400 groupes linguistiques différents, chacun d’entre eux ayant sa propre culture.

Pour cette raison, il serait erroné de penser que chacun des mythes est représentatif a priori de la culture aborigène dans son ensemble. Il ne faut pas concevoir les êtres mythologiques aborigènes comme les dieux à la manière occidentale, mais plutôt les considérer comme des Esprits Créateurs, des Héros de la culture ou comme des Esprits Aborigènes ancestraux. Les cultures aborigènes sont basées sur la Nature. Une relation spirituelle lie les êtres humains, les plantes, les animaux, les astres et les sites sacrés. Bon nombre de leurs héros mythologiques sont des animaux typiques de l’Australie, comme le serpent arc-en-ciel.

This entry was posted in Fantasy et Terreur. Bookmark the permalink.