Histoire romaine – Livres 40 & 41: César et Pompée PDF

La conjuration de Catilina est un complot politique visant la prise du pouvoir à Rome en 63 av. Sur sa route, le conspirateur voit ses visées contrecarrées par la détermination du consul Cicéron, dont le mandat touche à sa fin au histoire romaine – Livres 40 & 41: César et Pompée PDF des faits.


Les sept années (54 à 48 av. J.-C.) que couvrent les livres 40 et 41 de l’Histoire romaine de Dion Cassius sont cruciales: l’éclatement du triumvirat qui s’est partagé le pouvoir et l’empire, la puissance grandissante de César auréolé par ses conquêtes gauloises et son affrontement avec l’autre général dévoré d’ambition, Pompée, marquent virtuellement la fin de la République.

Avec un recul de trois siècles et demi, Dion Cassius, sénateur romain et historien grec, montre, sans prendre parti pour l’un ou pour l’autre des deux adversaires, l’impuissance du Sénat, la faillite des institutions républicaines et la tyrannie naissante des dynastes. Il le fait dans un récit qui privilégie les scènes et dramatise les fureurs et les déchirements qui traversent les citoyens des deux camps emportés dans la même guerre sans merci.

La présente traduction est la première en français depuis près de cent cinquante ans.

Michel Rosellini, agrégé de lettres classiques, est maître de conférences à l’ENS (Lyon).

République, avant que cette même affaire ne le contraigne à l’exil en 58. L’épisode est resté célèbre en raison de sa postérité littéraire : Cicéron en a laissé quatre fameux discours politiques, les Catilinaires, et l’historien romain Salluste en a également rendu compte dans un de ses ouvrages, La Conjuration de Catilina. Buste de Sylla, glyptothèque de Munich. Italie dans de nouveaux troubles sociaux et politiques.

C’est bien souvent dans la rue que se règlent les différends politiques. Par exemple, Lépide, consul en 78, voulut rappeler les exilés de la précédente guerre civile et rendre aux paysans des terres confisquées et données aux vétérans de Sylla, ce qui provoque l’opposition du Sénat. L’affaire se résout par les armes. La guerre civile est terminée, mais elle laisse des traces profondes. 70 km à l’intérieur des côtes, une armée de 20 légions, 500 navires, le droit de choisir ses légats, etc. Rome depuis 67, à cause du coût de la troisième guerre de Mithridate et celle contre les pirates.

Mais la situation politique ayant changé depuis leur obtention, elles sont désormais considérées comme illégales et les repreneurs ne se pressent pas pour les acquérir. Face à ces problèmes, Rome ne peut pas grand chose. La guerre coûte cher et ralentit aussi le commerce avec l’Orient : cela se traduit par une baisse importante des revenus d’une partie de la population, et incite les créanciers à réclamer leur argent à des débiteurs pris à la gorge, ce qui augmente les tensions. Les nobles sont aussi touchés par une crise qui affaiblit encore plus certains d’entre eux déjà ruinés depuis longtemps par leur goût du luxe.

D’où chez Catilina, une certaine volonté à remettre en valeur sa position sociale. Il les séduit par son énergie, sa hardiesse et sa résolution, et ces derniers forment autour de lui une sorte de garde d’honneur. Il sert Gnæus Pompeius Strabo durant la guerre sociale, puis soutient Sylla lors de sa dictature. Mais cette affaire l’empêche de se porter candidat au consulat pour la même année. Catilina ainsi qu’un de ses compagnons. Le complot, bâclé, est un échec, mais tous les conspirateurs en sortent sans encombre. Salluste laisse plutôt de Catilina le portrait d’un chef de bande démagogue et populiste que celui d’un politicien.

This entry was posted in Tourisme et Voyages. Bookmark the permalink.