Histoire naturelle des végétaux parasites qui croissent sur l’homme et sur les animaux vivants PDF

L’appellation  Algues  s’applique en français à plusieurs taxons distincts. De fait, les algues ont souvent été définies par défaut, par simple opposition aux végétaux terrestres ou histoire naturelle des végétaux parasites qui croissent sur l’homme et sur les animaux vivants PDF pluricellulaires. L’étude des algues s’appelle la phycologie. De nombreuses estimations ont fait varier le nombre d’espèces d’algues de 30 000 à plus d’un million.


Histoire naturelle des végétaux parasites qui croissent sur l’homme et sur les animaux vivants / par Charles Robin,…
Date de l’édition originale : 1853
Sujet de l’ouvrage : Plantes parasites — Histoire

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

La morphologie est donc très diversifiée : de nombreuses espèces sont unicellulaires, éventuellement mobiles, d’autres forment des filaments cellulaires ou des lames simples, d’autres développent des architectures complexes et différenciées, par apposition cellulaire ou par enchevêtrement de filaments tubulaires. Bien que pouvant appartenir à des groupes non apparentés, les algues peuvent constituer des groupes écologiques pertinents : les macro-algues marines, le phytoplancton, etc. Tous les végétaux aquatiques ne sont cependant pas des algues. Ainsi, Chlamydomonas nivalis vit dans les glaciers. Des algues verdissent de nombreuses écorces d’arbres. L’algue Klebsormidium est fréquemment trouvée sur les façades d’Europe ainsi que d’autres espèces selon Ortega-Calvo et al.

Traditionnellement, on classait les Cyanobactéries parmi les algues, référencées comme cyanophytes ou algues bleu-vert, bien que certains traités les en aient exclues. Elles apparaissent déjà dans des fossiles du Précambrien, datant d’environ 3,8 milliards d’années. Elles sont à l’origine des chloroplastes des cellules eucaryotes, et ont ainsi permis aux végétaux de réaliser la photosynthèse, à la suite d’une endosymbiose. Toutes les autres algues sont eucaryotes. Chez-elles, la photosynthèse se produit dans des structures particulières, entourées d’une membrane, qu’on appelle chloroplastes.

Dans ces groupes, le chloroplaste est entouré par 2 membranes. Ceux des algues rouges ont plus ou moins la pigmentation typique des cyanobactéries, alors que la couleur verte, et celle des plantes supérieures, est due à la chlorophylle a et b. Deux autres groupes, les Euglénophytes et les Chlorarachniophytes, ont des chloroplastes verts contenant de la chlorophylle a et b. Ces chloroplastes sont entourés, respectivement, de trois ou quatre membranes et furent probablement acquis de l’incorporation d’une algue verte. Les autres algues ont toutes des chloroplastes contenant des chlorophylles a et c. Ce dernier type de chlorophylle n’est pas connu du moindre procaryote ou chloroplaste primaire, mais des similarités génétiques suggèrent une relation avec l’algue rouge. 4 membranes retenant un nucléomorphe chez les Cryptophytes, et on suppose maintenant qu’ils ont en commun un ancêtre coloré.

Le chloroplaste des Dinoflagellés typiques a 3 membranes, mais il y a une diversité considérable dans les chloroplastes de ce groupe, quelques membres ayant acquis leurs plastes par d’autres sources. Dans le plus ancien système à 3 règnes, les algues sont dans le règne végétal, parmi les thallophytes, avec les champignons et les lichens. En classification phylogénétique, les algues sont réparties en 11 groupes dans un groupe polyphylétique. Phylum Cyanobacteria : à ce phyllum appartiennent les Stromatolites. France métropolitaine, et éventuellement ensuite des territoires d’outre-mer.

La plupart des algues les plus simples sont unicellulaires flagellés ou amoeboïdes, mais des formes coloniales et non-mobiles se sont développées indépendamment dans plusieurs de ces groupes. Colonial – petit groupe ordinaire de cellules mobiles. Capsoïde – cellules non-mobiles incluses dans un mucilage. Coccoïde – des cellules individuelles non-mobiles avec des parois cellulaires. Palmelloïde – des cellules non-mobiles incluses dans le mucilage. Filamenteux – une kyrielle de cellules non-mobiles connectées ensemble, quelquefois ramifiées.

Membraneux – des cellules formant un thalle avec une différenciation partielle des tissus. Des niveaux plus élevés d’organisation ont même été atteints, menant à des organismes avec des différenciations complètes des tissus. Les algues constituent, avec les bactéries et le zooplancton, une part essentielle importante de l’écologie aquatique et de l’environnement marin notamment. Elles ont adopté des modes de vie très divers, certaines vivant même hors de l’eau. En effet, elles fixent le carbone atmosphérique via la photosynthèse et contribuent ainsi à limiter l’effet de serre. Algues flottantes de grande taille : les sargasses, algues brunes adaptées à la vie flottante, elles ont donné leur nom à la mer des Sargasses, ou bien algues brunes ou rouges qui forment des boules ou pelotes flottantes appelées aegagropiles.

This entry was posted in Livres pour enfants. Bookmark the permalink.