Histoire de La Ville de Hambourg, de Sa Religion, de Son Gouvernement Et de Son Commerce, Volume 2… PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Cet article traite de l’histoire de la monnaie. La monnaie a histoire de La Ville de Hambourg, de Sa Religion, de Son Gouvernement Et de Son Commerce, Volume 2… PDF histoire aussi longue que le commerce et les transactions. Elle est une condition essentielle de l’activité économique.


Le Changeur, peinture de Marinus van Reymerswaele créée vers 1540 exposée au National Gallery de Londres. Article détaillé : Origine de la monnaie en Occident. Chine, Dynastie Zhou, Royaume de Yan, 600-200 av. Il n’est pas possible de situer avec précision l’invention de la monnaie. Pourtant les origines de la monnaie sont aussi indissociables des échanges sociaux et rituels. Et si l’on a constaté des pratiques très anciennes telles que le fait qu’un objet soit mis en réserve pour un usage d’échange ultérieur ou soit utilisé régulièrement comme contrepartie des échanges ou qu’un symbole de dénombrement est employé pour comptabiliser un bien, alors les premières monnaies remontent aux racines de l’humanité. La liste des matières ayant servi à l’une ou l’autre de ces fonctions se révèle être infiniment diverse: épargner, troquer, compter peut se faire à l’aide de n’importe quelle matière.

Pour les tout petits achats, où la perte à l’échange n’a pas grande importance, on a utilisé de tout temps comme moyen d’échange des objets commodes à transporter et sans réelle valeur propre sans que cela soit véritablement des monnaies. Depuis les temps préhistoriques, les hommes comptent et échangent leurs biens. Maldives, d’où les commerçants arabes les ont exportées vers la côte est de l’Afrique. Afrique de l’Est, particulièrement à Zanzibar et en Éthiopie. Après 1870, les gouvernements des colonies entendent interdire les valeurs-kauris en tant que monnaie. Un esclave vaut alors 100 fèves, les faveurs d’une courtisane 80 fèves, un lapin, 10 fèves et l’aumône à un mendiant 3 ou 4 fèves. Les populations amérindiennes du nord-est utilisaient des colliers de wampum.

Afrique, du sel au Tibet, des cauris en Chine, en Inde et en Afrique. 1919-1923 en Allemagne, 1944-1947 en Allemagne, Angleterre, France et Italie. De manière parallèle, d’autres pratiques se développent. Les unités de compte, qui existent depuis plus de 2 500 ans, sont souvent dérivées des unités de poids. Les premières écritures cunéiformes, sur des tablettes d’argile, révèlent des écritures comptables. L’Égypte des Pharaons dispose d’une série d’unités de compte : le Sha et son multiple le Deben, ou le Quite qui équivaut au dixième du Deben, sont utilisés quotidiennement par les scribes. Mais avec l’intensification et la diversification des échanges, se met en place une comptabilité bien trop lourde.

Aztèques disposent d’un système de numération et également d’une unité de compte étalon, le Quachtli, qui est égale à 100 cabosses de cacao ou une pièce de coton appelée Ixtle. Mais la forme très hiérarchisée de ces sociétés, le peu de liberté des producteurs, le faible nombre de produits, le peu de division du travail, le rôle écrasant des autorités dans la collecte et la répartition des productions, expliquent sans doute que ces unités de compte ne circulaient pas. Il reste que ces premiers usages soulignent combien la monnaie repose sur la confiance. Au pouvoir : par l’intermédiaire des tributs qui étaient acceptés en toute matière y compris l’or ou les objets précieux comme les trépieds métalliques. Les sanctuaires sont le lieu d’une intense activité de dons et de contributions. L’ékaté est un impôt religieux du  dixième  du même type que la dîme.

This entry was posted in Manga. Bookmark the permalink.