Grand almanach Paul Dupont, 1904 PDF

Il a aussi mis au point la technique du divisionnisme. En mars 1880, il perd son père. 1880 pour se consacrer à une vie grand almanach Paul Dupont, 1904 PDF peintre. Il visite la cinquième exposition impressionniste, et admire Édouard Manet au Salon.


Constance et se perfectionne seul sous l’influence des impressionnistes. Il rencontre Georges Seurat qui expose Une baignade en 1884 à Asnières. Une constante de sa vie est le besoin d’évasion. Signac travaille avec Seurat et Pissarro, avec qui il va former le groupe des  impressionnistes dits scientifiques . Il se convertit très vite à la pratique de la division scientifique du ton. La technique empirique du pointillisme consiste à diviser les tons en de toutes petites taches de couleurs pures, serrées les unes contre les autres, afin que l’œil du spectateur, en les recomposant, perçoive une unité de ton. Il fait son premier tableau divisionniste en 1886.

Par comparaison avec Seurat, Signac construit le tableau de façon plus spontanée, intuitive, et sa couleur est plus lumineuse. Il sympathise avec le symbolisme littéraire, surtout en Belgique. En 1892, il découvre Saint-Tropez, où il achètera cinq ans plus tard la villa La Hune, et organise les expositions posthumes de Seurat à Bruxelles et à Paris. En 1894, il s’essaye à la grande peinture décorative, surtout pour un immense tableau — depuis 1938, propriété de la mairie de Montreuil —, Au temps d’harmonie. Le mouvement néo-impressionniste est remis en cause à la mort de Seurat en 1891, Signac tente donc de le légitimer avec son ouvrage De Delacroix aux néo-impressionnistes, publié en 1899.

Les impressionnistes sont ainsi les intermédiaires entre Delacroix et les néo-impressionnistes pour le progrès de l’art qui consiste pour Signac à faire une œuvre la plus colorée et la plus lumineuse possible. Signac aurait également voulu se donner le rôle de co-fondateur du mouvement alors qu’il aurait été relégué au second plan du vivant de Seurat. Il est passionné par la mer et possède un petit yacht avec lequel il navigue le long des différentes côtes françaises. Dans une perspective plus ou moins socialisante, il peint Le Démolisseur en 1897. Il est nommé peintre officiel de la Marine en 1915.

1913, il se sépare de Berthe et il séjourne régulièrement à Antibes avec sa seconde épouse, Jeanne Selmersheim-Desgrange, qui est peintre également. En 1915 leur naît une fille, Ginette. En 1929, il commence une série d’aquarelles des ports de France. Ce projet l’oblige à visiter de nombreuses régions côtières. En 1930, il loue une maison de pêcheur à Barfleur, dans la rue Saint-Nicolas. Il meurt en 1935, à l’âge de 71 ans, d’une longue maladie. Il repose au cimetière du Père-Lachaise, division 67.

This entry was posted in Etudes supérieures. Bookmark the permalink.